vendredi 20 septembre 2019
A VOIR

|

Indonésie : les humanitaires alertent sur le sort des enfants

Publié le

Publié le 03/10/2018 à 7:28 - Mise à jour le 03/10/2018 à 7:28
Lecture 4 minutes

Selon le dernier bilan des autorités, 1 411 personnes ont péri et plus de 2 500 ont été blessées dans le tremblement de terre de magnitude 7,5 suivi d’un tsunami du 28 septembre. Dans la région de Palu, localité de 350 000 habitants sur la côte occidentale des Célèbes, des bâtiments ont été rasés. Les voies d’accès sont très endommagées si bien que l’aide n’arrive que lentement. La ville a été le théâtre de pillages. Des policiers en armes gardaient les stations d’essence pour maintenir l’ordre dans les longues files d’attente. Des camions acheminant de l’aide à Palu ont été pillés, d’après la presse.

>>> Lire aussi : Indonésie : le bilan dépasse 1 400 morts, l’espoir de retrouver des survivants s’éloigne

Dans un premier temps, les autorités avaient fermé les yeux, avant de hausser le ton. La police a interpellé des dizaines de pilleurs présumés tandis que l’armée a prévenu qu’elle tirerait à vue sur toute personne surprise en train de voler.  Les secours tentaient toujours de trouver des survivants dans les décombres mais six jours après la catastrophe, les espoirs s’amenuisent. Les autorités estiment à plus d’une centaine le nombre de disparus.

> Des enfants en état de choc, traumatisés, seuls et terrifiés.

Au moins 600 000 enfants ont été touchés par le désastre, d’après l’ONG Save the Children, alertant sur le sort de ceux que le désastre a séparés de leur famille ou rendus orphelins. L’association a expliqué que de nombreux jeunes dormaient dans la rue dans Palu en ruines, ajoutant qu’il était urgent de les identifier et de les réunir avec leurs parents.

“Il est difficile d’imaginer une situation plus effrayante pour un enfant”, a déclaré Zubedy Koteng, conseiller pour la protection de l’enfance de l’ONG présent à Palu. “De nombreux enfants sont en état de choc, traumatisés, seuls et terrifiés. Les jeunes enfants qui recherchent d’éventuels proches survivants auront vu et vécu des expériences horribles qu’aucun enfant ne devrait voir”. Initialement, le gouvernement indonésien avait refusé l’aide internationale, assurant que son armée pouvait faire face à la situation. Mais à mesure que l’ampleur du désastre a été révélée, le président Joko Widodo a accepté à contrecœur les organisations d’aide humanitaire internationales ainsi que le soutien de gouvernements étrangers.

>>> Lire aussi : Mort dans le séisme en Indonésie, un contrôleur aérien devient un héros national

29 pays ont promis leur aide, selon le gouvernement indonésien. Mais compte-tenu des difficultés logistiques et des réticences initiales de Jakarta, cette assistance n’est guère parvenue pour l’heure à ses destinataires. L’aéroport de Palu, ouvert uniquement aux avions militaires dans les jours qui ont suivi le tsunami, a été autorisé aux avions de ligne jeudi mais en nombre limité. La priorité est donnée aux humanitaires. Un navire indonésien est arrivé à Palu, avec à son bord de l’eau et du riz, qui a été chargé par l’armée sur des camions.“Nous devons atteindre les lieux où les gens ont besoin d’aide très rapidement”, a déclaré l’amiral Dwi Sulaksono.

Des survivants au désespoir, dont certains étaient en pleurs, attendaient une place sur le bateau qui devait repartir pour Makassar, dans le sud des Célèbes. Des brèves échauffourées ont opposé des gens aux soldats.

> “Il y a toujours de l’espoir”,

L’ONU a promis 15 millions de dollars sur ses fonds d’urgence. La Croix-Rouge a annoncé l’envoi de trois navires chargés de vivres et de matériel, y compris des ustensiles de cuisine, des tentes, des sacs mortuaires et des filets anti-moustiques.  Dans un pays qui a de longue date des problèmes avec les “fausses nouvelles”, les autorités ont promis de sévir contre les auteurs de canulars sur la catastrophe, y compris des “fake” sur un prétendu nouveau tremblement de terre aux Célèbes. “Le ministère a le devoir de garantir que la sphère indonésienne de l’internet soit exempte de canulars”, a déclaré Ferdinandus Setu, porte-parole du ministère des Communications.

Les secours concentrent leurs efforts sur une poignée de sites, comme l’hôtel Roa-Roa où des dizaines de personnes seraient toujours ensevelies, un centre commercial, un restaurant et le quartier périphérique de Balaroa, où, la puissance même du séisme avait transformé un temps la terre en bouillie. À l’hôtel Mercure, qui a subi de gros dégâts, les secouristes ont fait appel aux chiens pour tenter de trouver des signes de vie sous les gravats. L’ONG française Pompiers de l’urgence internationale a fourni des équipements, dont des détecteurs de son. “Il y a toujours de l’espoir”, a dit son président Philippe Besson. “L’immeuble est vraiment extrêmement instable”, a-t-il toutefois souligné. “Depuis hier, il y a eu tant de vent que l’immeuble a commencé à bouger tout seul”.

Les autorités se sont donné jusqu’à vendredi pour tenter de retrouver des habitants piégés sous les débris. Au-delà de cette échéance, les chances de retrouver des survivants sont proches de zéro.

Néanmoins, il y a quelques signes de retour à la normale. L’électricité a été rétablie dans certains quartiers de Palu, les réseaux téléphoniques fonctionnent à nouveau et certains marchés ont rouvert leurs étals.

 

Rédaction web avec AFP

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Une Tahitienne championne de padel tennis

Léa Moerava Godallier est la numéro 2 française au classement de la Fédération Française de Tennis (FFT). Depuis septembre, elle s’est installée à Madrid car elle a intégré le circuit professionnel : le World Padel Tour qui regroupe tous les meilleurs joueurs mondiaux.

Grands projets : “cela va voir le jour” assure...

L’ouverture de la session budgétaire de l’assemblée s’est tenue ce matin avec les discours des présidents de l’hémicycle de Tarahoi, Gaston Tong Sang, et celui de la Polynésie Française, Edouard Fritch. Ce dernier a dressé un bilan d’étape de son gouvernement et donné les orientations à venir. Un bilan jugé positif pour la majorité, mais très critiqué par l’opposition.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV