samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Indonésie: le bilan du séisme à Lombok monte à 387 morts

Publié le

Publié le 10/08/2018 à 17:00 - Mise à jour le 10/08/2018 à 17:00
Lecture < 1 min.

Des dizaines de milliers de maisons, mosquées et entreprises ont été détruites dimanche dernier par le tremblement de terre d’une magnitude de 6,9.

« On prévoit que le bilan va continuer de s’accroître, car des victimes sont encore probablement sous des torrents de boue ou des ruines. Des personnes n’ont d’autre part pas été enregistrées ou ne se sont pas signalées », a indiqué le porte-parole de l’agence nationale indonésienne en charge des catastrophes naturelles, Sutopo Purwo Nugroho.

Le nombre des personnes contraintes de s’enfuir de chez elles a bondi quant à lui à 387.000, a ajouté le porte-parole en faisant état de quelque 13.000 blessés.

Deux personnes ont également été tuées par le séisme sur l’île voisine de Bali.

La plupart des personnes déplacées dorment sous des tentes ou des bâches installées à proximité des ruines de leurs maisons ou des abris. Des installations médicales prennent en charge les blessés.

Six jours après le tremblement de terre, certains n’ont toujours pas reçu d’aide, en particulier dans les régions montagneuses du nord.

« La principale difficulté réside dans la distribution de vivres (pour les réfugiés). La plupart des routes dans le nord de Lombok ont été endommagées par le séisme », a indiqué Sutopo Purwo Nugroho.

Une puissante réplique d’une magnitude de 5,9 a encore été ressentie jeudi, suscitant la panique dans les abris de secours.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV