A VOIR

|

Sommet des îles du Pacifique : “On ne va pas subir à chaque fois les contraintes de l’extérieur” déclare Edouard Fritch

Publié le

À l'approche du Sommet des îles du Pacifique de Washington qui aura lieu les 28 et 29 septembre, le président du Pays souhaite positionner la Polynésie française et ses voisins du Pacifique Sud comme une force unie et indépendante des velléités étrangères.

Publié le 26/09/2022 à 13:32 - Mise à jour le 26/09/2022 à 14:31
Lecture 2 minutes

À l'approche du Sommet des îles du Pacifique de Washington qui aura lieu les 28 et 29 septembre, le président du Pays souhaite positionner la Polynésie française et ses voisins du Pacifique Sud comme une force unie et indépendante des velléités étrangères.

Le US & Pacific Island Country Summit, est une première dans l’histoire diplomatique des États-Unis.  Membre à part entière du Forum des Îles du Pacifique, la Polynésie est invitée. “Il y a deux sujets importants pour eux : le développement de nos îles avec les contraintes climatologiques, et les moyens à mettre en place pour augmenter la résilience des populations. Il faut aussi trouver les moyens d’un développement durable, c’est-à-dire d’un développement endogène, avec les richesses du Pays, explique le président du Pays Edouard Fritch.

On ne va pas subir à chaque fois les contraintes de l’extérieur. Le dernier sujet important, c’est sur l’utilisation des énergies renouvelables, des énergies douces. Le SWAC (de l’hôpital de Taaone) devient une référence aujourd’hui.

Tous ces pays utilisent beaucoup de climatisation et pompent de l’énergie, contribuant au réchauffement planétaire. Derrière tout ça, je rappelle que la vice-présidente a annoncé à Fidji au début de l’année, que les États-Unis allaient mettre 60 milliards de Fcfp pour accompagner les pays du Pacifique dans ses différents objectifs.

Là, on va passer à la phase pratique, c’est ce qu’attendent les dirigeants du Pacifique : de l’action”.

Lire aussi : Le président Édouard Fritch présent au Sommet des îles du Pacifique à Washington

Selon le président de la Polynésie, s’il sera question d’environnement, les enjeux politiques de la région Pacifique ne seront en revanche pas évoqués.

“On restera sur des programmes de mise en ouvre pour lutter contre le réchauffement climatique et accompagner les populations du Pacifique Sud au développement”.

Pas de discussions politiques mais néanmoins un message fort : “Tous les pays n’étaient pas invités à Washington au départ, lors de la réunion de la semaine dernière à Honolulu. Le membres du forum se sont réunis pour décliner l’invitation si tous les pays n’y allaient pas. Derrière cette idée de rester unie, il y a cette idée d’une recherche de paix.

Si nous, nous n’avons pas trop de craintes du fait que la guerre en Ukraine et en Russie dégénère, d’autres pays sont dans une forte crainte. Que vont faire les chinois, que vont faire les américains ? Vont-ils s’affronter ou protéger l’ensemble du Pacifique ? Derrière toutes ces demandes du Forum, c’est la recherche de la paix et de la protection maximale pour nos pays.

Vous avez vu il y a deux jours que les États-Unis déploient de plus en plus de moyens militaires. Des garde-côtes vont être lancés pour lutter contre la pêche illicite, la protection des zones maritimes”…