vendredi 22 janvier 2021
A VOIR

|

Fidji : le cyclone Yasa passe en catégorie 5, les habitants appelés à la plus grande prudence

Publié le

Les autorités fidjiennes ont appelé mercredi une partie de la population de l'archipel à prendre toutes les précautions, voire à se réfugier dans des centres d'évacuation, à l'approche du cyclone tropical Yasa, qui risque de frapper en fin de semaine.

Publié le 16/12/2020 à 9:21 - Mise à jour le 16/12/2020 à 9:23
Lecture 2 minutes

Les autorités fidjiennes ont appelé mercredi une partie de la population de l'archipel à prendre toutes les précautions, voire à se réfugier dans des centres d'évacuation, à l'approche du cyclone tropical Yasa, qui risque de frapper en fin de semaine.

Le Service météorologique des Fidji a indiqué que la tempête désormais classée dans la catégorie 5, la plus élevée, était accompagnée de rafales à 280 km/h et continuait de se renforcer, au nord-ouest de Viti Levu, principale île de l’archipel.

PUBLIC ADVISORY 4️⃣ 👉 Coastal dwellers will have to expect storm surge with waves as high as 1️⃣6️⃣ meters. #TCYasa #FijiNews #DisasterPreparedness

Publiée par Fiji NDMO sur Mardi 15 décembre 2020

L’agence météorologique Weatherwatch, basée en Nouvelle-Zélande, a indiqué de son côté que les Fidji étaient « en plein dans la ligne de mire » de ce cyclone qui progresse lentement et devrait frapper l’archipel jeudi soir.

Le centre fidjien de gestion des catastrophes a précisé que 600 000 habitants, soit les deux tiers de la population, vivaient dans la zone qui risque de subir la tempête.

Mercredi à Suva, la capitale, les habitants s’efforçaient de recouvrir les vitres des maisons avec des planches, tandis que d’autres faisaient des provisions. Certaines rues étaient déjà inondées.

« Si vous savez que votre maison ne résistera pas à des vents forts (…) partez avec vos enfants et vos objets de valeur dans les centres d’évacuation. »

La directrice du centre de gestion des catastrophes, Vasiti Soko

La directrice du centre de gestion des catastrophes, Vasiti Soko, a exhorté tous ceux qui avaient des doutes sur la solidité de leur habitation à quitter leur domicile dès que possible.

« Si vous devez aller dans un centre d’évacuation, nous vous implorons de le faire avant la nuit », a-t-elle dit. « Si vous savez que votre maison ne résistera pas à des vents forts, sans parler d’un cyclone de catégorie 5, partez avec vos enfants et vos objets de valeur dans les centres d’évacuation. »

Elle a averti que ce cyclone risquait d’avoir un impact plus fort que le cyclone Harold, également de catégorie 5, qui avait semé le chaos aux Îles Salomon, mais aussi au Vanuatu, aux Fidji et aux Tonga.

Le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama a d’ores et déjà appelé les habitants à se préparer au pire. Un message qui a été repris mercredi par les services de prévention des catastrophes naturelles.

« Ramassez ce qui traîne près de chez vous, renforcez vos maisons avec des volets, consolidez les toits », ont indiqué les autorités.

Les élèves ont été invités à rester chez eux car beaucoup d’écoles sont reconverties en centres d’évacuation.

Bonne nouvelle en revanche pour la zone, l’autre cyclone qui menaçait le Pacifique Sud, Zazu, a finalement changé de trajectoire mardi soir. Il se dirige désormais vers le sud-est, ce qui fait qu’il ne menace plus la capitale tongienne Nuku’alofa.

La présence de ce cyclone, qui est classée dans la catégorie 1, complique cependant les prévisions de trajectoire concernant Yasa.

Ces tempêtes sont les deux premières de la saison des cyclones dans le Pacifique Sud, qui dure jusqu’à mai.

Avec le réchauffement de la surface des océans, les cyclones deviennent plus puissants, selon les scientifiques, qui prévoient ainsi une augmentation de la proportion de cyclones de catégorie 4 et 5.

La tempête la plus violente sur les Fidji fut le cyclone Winston qui avait fait 44 morts en février 2016, et un milliard de dollars de dégâts.

infos coronavirus