jeudi 19 septembre 2019
A VOIR

|

Face à la “bataille perdue” du portable en prison, l’ambitieux chantier de la chancellerie

Publié le

Publié le 20/08/2018 à 9:00 - Mise à jour le 20/08/2018 à 9:00
Lecture 3 minutes

“Les portables en prison, c’est une bataille perdue”, estime un cadre de la pénitentiaire. Pour contrer la prolifération, la chancellerie a lancé simultanément deux grands chantiers : le brouillage des communications mobiles et l’installation de 50 000 téléphones fixes dans les cellules.

La maison d’arrêt parisienne de la Santé, qui rouvrira ses portes le 7 janvier après quatre ans de travaux, fera figure de pionnière de ce dispositif dont l’installation va s’échelonner jusqu’en 2022, a-t-on indiqué à la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP).

En 2017, un nouveau record a été battu : 40 067 téléphones et accessoires ont été saisis dans les 180 prisons françaises qui comptaient en fin d’année près de 70 000 détenus, contre 33 521 l’année précédente pour environ 68 000 détenus.

> Des appareils qui entrent facilement 

Dix ans plus tôt, en 2007, les agents pénitentiaires avaient saisi 4 977 téléphones et accessoires pour près de 62 000 détenus.
Pour la DAP, cette hausse constante s’explique à la fois parce que “le nombre de détenus ne cesse d’augmenter”, qu’il y a “plus de téléphones en circulation” et aussi parce qu’“ils sont mieux repérés”.

Les appareils entrent facilement en prison, par projection dans les cours de promenade ou via les parloirs, et circulent à la faveur de divers trafics : “Certains contiennent très peu de métal et sont pratiquement indétectables”, ont expliqué des surveillants.

Le phénomène est amplifié par les fuites d’images prises en détention, qui font fureur sur les réseaux sociaux : selfies, témoignages de détenus luttant contre la canicule, vidéo laissant deviner un rapport sexuel entre surveillante et détenu… Plus récemment, la diffusion d’images du rappeur Kaaris, incarcéré à Fresnes (Val-de-Marne) après une rixe avec son rival Booba.

Pour Emmanuel Baudin, secrétaire général de FO-Pénitentiaire, “le brouillage est essentiel: la radicalisation, la préparation d’évasions, et surtout, les trafics passent par les réseaux”.

> Monter en puissance 

Or actuellement, on compte 804 brouilleurs en prison dont seuls 10% sont effectifs, rendus très vite obsolètes par les évolutions technologiques.

Pour faire face, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a annoncé en janvier d’une part le déblocage d’une enveloppe de 15 millions d’euros dès cette année pour “garantir un brouillage effectif” des portables et d’autre part l’installation de 50 000 téléphones fixes en cellule, pour ne pas couper les détenus de leurs proches.

“Les détenus pourront téléphoner uniquement aux numéros ayant fait l’objet d’une validation préalable et un dispositif d’écoute et d’enregistrement des conversations est prévu par le marché”, a-t-on précisé à la DAP, soulignant qu’aucun téléphone ne serait installé dans les quartiers disciplinaires ou d’isolement.

> Un budget de plus de 2 milliards de francs 

C’est la société française SAGI.fr qui a remporté l’appel d’offres pour le brouillage, pour une période de 6 ans. “Les premières études d’installation ont été engagées en 2018 sur plusieurs sites pilote prioritaires”, a-t-on indiqué mardi à la DAP. 

Le déploiement va se poursuivre et “monter en puissance”, avec un budget provisionnel passant à près de plus de 2 milliards de francs (20 millions d’euros) pour 2019 et jusqu’à 35,5 millions d’euros pour 2022.

Parallèlement, une concession de service public sur la téléphonie fixe a été accordée pour dix ans à Telio, un des leaders européens du secteur.

> Une première expérience positive 

Après une expérimentation jugée “très positive” à la prison de Montmédy (Meuse) en 2016 et 2017, où l’installation des téléphones fixes a fait “baisser les tensions” et le nombre de saisies de portables, le gouvernement a validé la projet, réclamé depuis des années par les associations de soutien aux détenus.

L’entreprise financera l’intégralité de l’investissement et se rémunérera par le prix des communications payées par les détenus. Le coût d’un appel vers un fixe s’élèvera à 0,08 euro par minute – soit 2,4 euros pour une demi-heure – et à 0,18 euro vers un portable : “des prix significativement moindres que ceux pratiqués actuellement”, souligne la DAP.

Selon l’Observatoire international des prisons, l’appel est actuellement facturé entre 60 et 80 centimes la minute. A la prison de Réau (Seine-et-Marne), un détenu avait calculé que téléphoner quelques minutes par jour à sa famille lui coûtait près de 150 euros par mois, une somme dont il ne dispose pas en détention, même s’il effectue quelques travaux rémunérés.
 

AFP

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Grands projets : “cela va voir le jour” assure...

L’ouverture de la session budgétaire de l’assemblée s’est tenue ce matin avec les discours des présidents de l’hémicycle de Tarahoi, Gaston Tong Sang, et celui de la Polynésie Française, Edouard Fritch. Ce dernier a dressé un bilan d’étape de son gouvernement et donné les orientations à venir. Un bilan jugé positif pour la majorité, mais très critiqué par l’opposition.

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV