vendredi 7 août 2020
A VOIR

|

Éruption en Nouvelle-Zélande : des plongeurs à la recherche de corps

Publié le

Des plongeurs recherchaient samedi des corps dans les eaux qui entourent White Island, l'île néo-zélandaise où l'éruption d'un volcan a tué au moins 17 personnes, selon un nouveau bilan.

Publié le 14/12/2019 à 16:13 - Mise à jour le 14/12/2019 à 16:47
Lecture 2 minutes

Des plongeurs recherchaient samedi des corps dans les eaux qui entourent White Island, l'île néo-zélandaise où l'éruption d'un volcan a tué au moins 17 personnes, selon un nouveau bilan.

Sous la menace d’une nouvelle éruption, les plongeurs tentaient de trouver les corps de deux personnes encore portées disparues cinq jours après l’éruption de lundi.

Les recherches se concentraient sur une zone où un corps avait été vu flottant à la surface de la mer au lendemain de l’éruption meurtrière.

Les plongeurs opèrent « dans des conditions uniques et difficiles », dans des eaux « avec une visibilité variant de zéro à deux mètres », a déclaré le directeur adjoint de la police, John Tims.

Sur les 47 personnes qui se trouvaient sur l’île au moment de l’éruption, au moins 17 sont mortes, selon un nouveau décompte de la police samedi incluant un nouveau décès sur lequel aucun détail n’a été fourni.

27 autres personnes étaient toujours hospitalisées samedi en Nouvelle-Zélande et en Australie, dont 20 se trouvaient dans un état qualifié de « critique » par les médecins.

La plupart des personnes présentes étaient des touristes venus d’Australie, des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, de Chine, d’Allemagne, de Malaisie et de Nouvelle-Zélande.

>Lire aussi – Éruption en Nouvelle-Zélande : fin de l’opération de récupération de six corps

Les restes de six des personnes décédées ont été recueillis vendredi lors d’une opération risquée par des soldats d’élite néo-zélandais sous la menace d’une nouvelle éruption.

La première victime officiellement identifiée samedi par la police néo-zélandaise est une Australienne de 21 ans, Krystal Browitt. La jeune femme était en vacances en Nouvelle-Zélande avec d’autres membres de sa famille pour fêter son anniversaire.

Des scientifiques qui observent White Island ont déclaré samedi que la possibilité d’une éruption au cours de cette fin de semaine avait diminué mais que le risque demeurait.

« Leur nouvelle estimation est qu’il y a entre 35 et 50 pour cent de chances pour qu’une éruption survienne », a rapporté Natalia Deligne, une spécialiste des risques volcaniques.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a appelé à observer une minute de silence lundi prochain en hommage aux victimes.

« Ensemble nous pouvons exprimer notre chagrin pour ceux qui sont morts ou ont été blessés, et notre soutien à leurs familles et leurs amis en deuil », a déclaré Mme Ardern.

La minute de silence aura lieu lundi à 14h11 heure locale (01h11 GMT), exactement une semaine après le début de l’éruption sur White Island.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Diabète : faites vous dépister les 22 et 23...

L'association des diabétiques et obèses de Polynésie (ADOPF) organise un dépistage gratuit à Carrefour Punaauia les :Samedi 22 août de 7h00 à...

Tapura Huiraatira : Edouard Fritch travaille sur un plan...

Un séminaire du Tapura Huiraatira avait lieu ce samedi matin afin d'écouter la voix des îles, la voix des tavana sur des nouveaux projets... Edouard Fritch a expliqué qu'il travaillait sur un plan de relance pour la Polynésie.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV