A VOIR

|

En Nouvelle-Calédonie, Gérald Darmanin renoue un dialogue qui reste à concrétiser

Publié le

Au terme de sept jours de visite, Gérald Darmanin a quitté dimanche la Nouvelle-Calédonie sur la promesse de nouveaux échanges apaisés avec les indépendantistes, mais le calendrier des discussions sur le statut du territoire reste à définir.

Publié le 04/12/2022 à 15:13 - Mise à jour le 04/12/2022 à 17:16
Lecture 2 minutes

Au terme de sept jours de visite, Gérald Darmanin a quitté dimanche la Nouvelle-Calédonie sur la promesse de nouveaux échanges apaisés avec les indépendantistes, mais le calendrier des discussions sur le statut du territoire reste à définir.

La mission du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer était ardue: renouer avec les partisans de l’indépendance du territoire du Pacifique-Sud, tout en ménageant le camp loyaliste favorable au maintien de la souveraineté française.

Depuis plus d’un an, le dialogue était rompu avec le Front de libération kanak socialiste (FLNKS), qui fédère une bonne partie des indépendantistes. Le mouvement avait notamment boudé une rencontre prévue en octobre à Paris pour définir les modalités des discussions sur le futur statut du territoire.

Trois référendums ont rejeté l’indépendance mais la légitimité du dernier, organisée en décembre 2021 en pleine épidémie de Covid, a été vivement contestée par le FLNKS.

Toute la semaine, Gérald Darmanin a donc multiplié les contacts avec les indépendantistes pour les convaincre de revenir à la table des discussions. Objectif atteint.

Si le vice-président de l’Union calédonienne (UC), principale composante du FLNKS, Gilbert Tyuiénon, a redit au ministre “l’humiliation pour le peuple kanak” qu’avait constitué le maintien du référendum du 12 décembre, il a confié avoir été “agréablement surpris” par leurs échanges.

M. Darmanin a ainsi accepté la proposition indépendantiste de réunions bilatérales en février 2023, après le congrès du FLNKS.

“Je n’accélérerai pas la cadence”, a-t-il promis vendredi lors d’un entretien aux médias locaux. “C’est dans quelques semaines, je crois que la paix vaut bien d’attendre quelques semaines”.

“Temps du dialogue”

Un geste apprécié des indépendantistes à double titre.

D’abord parce que le congrès du FLNKS doit leur permettre de parler d’une seule voix face à l’Etat. Ensuite parce que les réunions bilatérales, notamment sur la décolonisation et le droit à l’autodétermination, signent de facto le report des négociations sur le futur statut du territoire.

“Il fallait que l’on discute du calendrier, que l’on valide ou pas la tenue de ces bilatérales”, a souligné M. Tyuiénon dimanche sur la chaîne Nouvelle-Calédonie la 1ère. “Nous sommes toujours dans le temps du dialogue”, a-t-il souligné.

Le camp loyaliste voulait pourtant aller plus vite, pour arriver à un référendum portant sur le nouveau statut dès 2023.

Les partisans du maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France s’en sont pourtant accommodé. “On a un ministre qui est à l’écoute”, s’est réjoui auprès de l’AFP le député Renaissance Nicolas Metzdorf, “un ministre qui essaie de comprendre”.

Gérald Darmanin a également évacué l’épineuse question du corps électoral pour les élections provinciales, dont les arrivants les plus récents et leurs descendants sont exclus.

Tout en reconnaissant que ce corps avait vocation à évoluer, il a fait savoir que le sujet ne serait pas abordé dans l’immédiat.

Le ministre des Outre-mer a laissé entendre qu’il pourrait revenir en Nouvelle-Calédonie dès février.

D’ici là, les échanges devraient se poursuivre.

Gérald Darmanin a profité de sa visite pour installer un des huit groupes de travail validés en octobre à Paris, celui sur le foncier. Celui sur l’avenir institutionnel a été reporté mais celui sur le secteur du nickel, vital pour l’économie de la Nouvelle-Calédonie, débutera à Paris dans les semaines à venir, sans l’Union calédonienne (UC) toutefois.