mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Electricité « 100% propre » en 2045: la Californie lance un défi à Trump

Publié le

Publié le 10/09/2018 à 6:58 - Mise à jour le 10/09/2018 à 6:58
Lecture 3 minutes

« Avec cette loi, la Californie est sur les rails pour remplir les objectifs de l’accord de Paris et même aller au-delà », a lancé Jerry Brown, gouverneur démocrate de l’Etat de la côte ouest, avant de signer la loi adoptée par les parlementaires californiens.
« Ce ne sera pas facile, ce ne sera pas immédiat, mais ce doit être fait », a-t-il insisté.

Jusqu’alors aux Etats-Unis, seul l’archipel de Hawaï –directement menacé par la montée des eaux du Pacifique induite par le changement climatique– s’était doté d’une politique aussi volontariste.

Une vingtaine de pays ont pris des mesures similaires, mais aucun n’a l’envergure économique ni le poids politique de l’Etat américain le plus peuplé avec environ 40 millions d’habitants. 
« La Californie, en tant qu’économie des plus prospères, passe à l’attaque sur le changement climatique. J’espère que la France et l’Allemagne relèveront aussi leurs ambitions, car nous devons tous faire davantage », a déclaré Jerry Brown à l’AFP.
« Il n’y a pas de mots pour signifier l’importance qu’un Etat aussi grand et influent que la Californie s’engage à une énergie propre à 100% », s’est réjoui Michael Brune, directeur du Sierra Club, l’une des plus anciennes organisations de protection de la nature aux Etats-Unis.

Au niveau fédéral, l’administration républicaine du président Donald Trump s’est officiellement retirée en 2017 de l’accord de Paris qui avait été formellement signé l’année précédente par son prédécesseur démocrate Barack Obama.

Cet accord sur le climat, signé en décembre 2015 par quelque 190 pays, vise à limiter l’augmentation de la température de l’atmosphère en-deçà de 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle, afin d’éviter des catastrophes climatiques à grande échelle.
Pour y arriver, les scientifiques estiment que les activités humaines doivent arriver à un « bilan carbone neutre », c’est-à-dire plus d’augmentation globale des rejets de gaz à effet de serre, d’ici 2050.

> Réduire coûte que coûte les émissions de gaz à effet de serre

Sous l’influence de M. Brown, défenseur des énergies renouvelables depuis son premier mandat de gouverneur dans les années 1970, la Californie –épaulée par seize autres Etats– a réagi à la décision de M. Trump en reprenant le flambeau de la lutte contre le changement climatique. Et a décidé de réduire coûte que coûte les émissions de gaz à effet de serre des Etats-Unis, quitte à poursuivre en justice l’administration fédérale. Dans le détail, la loi adoptée par les élus californiens prévoit que toute l’électricité passant par le réseau de l’Etat aura un « bilan carbone neutre » d’ici 2045.

En outre, 50% de sa production électrique devra venir de sources d’énergie renouvelables (solaire, éolien, géothermie, etc) d’ici 2025, et 60% d’ici 2030.

Le reste de la production d’énergie pourrait aussi être fourni par d’autres sources, à condition qu’elles ne rejettent pas de gaz à effet de serre dans l’atmosphère (nucléaire, centrales au gaz dotées de systèmes de récupération du CO2 émis, etc.)
 

> « Créer des dizaines de milliers d’emplois »,

Selon les experts, l’énergie solaire et éolienne représente 8% de la production d’électricité aux Etats-Unis, et près de 20% pour la seule Californie.
« La Californie sera toujours à la pointe de la lutte contre le changement climatique, quelle que soit la personne qui occupe la Maison Blanche« , a affirmé le sénateur Kevin de Leon, qui a porté cette loi novatrice.

Outre la protection de l’environnement, cette loi va aussi « doper l’économie » de la Californie et « créer des dizaines de milliers d’emplois », précise-t-il.
« Il y a déjà dix fois plus d’emplois dans ce secteur pour la seule Californie que dans l’exploitation des mines de charbon pour l’ensemble des Etats-Unis », a ajouté M. de Leon.
La production d’électricité représente à l’heure actuelle 16% des émissions de gaz à effet de serre de la Californie.
 

Avec AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

« We are Green » : un événement pour consommer local au centre...

L'association de la Plazza basse du centre Vaima en partenariat avec la fédération des horticulteurs Hei Tini Rau et la MFREO de Taharuu – Papara organise son premier événement "We are Green" ce samedi 30 mai de 8 heures à 13 heures au centre Vaima, à Papeete.

Covid-19 : Tahaa mise sur le tourisme local pour...

Comment survivre après la crise liée au Covid-19 ? L’ouverture vers l’international étant encore impossible, les prestataires touristiques du fenua doivent revoir leurs offres et se tourner vers la clientèle locale pour garder la tête hors de l’eau, comme c'est déjà le cas à Tahaa.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV