dimanche 25 septembre 2022
A VOIR

|

Des microplastiques détectés dans du sang humain

Publié le

Des microplastiques dans du sang humain: une étude néerlandaise fait état, pour la première fois mais avec un échantillon réduit, d'une telle découverte, qui soulève des interrogations sur une éventuelle pénétration de ces particules dans des organes.

Publié le 25/03/2022 à 11:54 - Mise à jour le 25/03/2022 à 11:54
Lecture 2 minutes

Des microplastiques dans du sang humain: une étude néerlandaise fait état, pour la première fois mais avec un échantillon réduit, d'une telle découverte, qui soulève des interrogations sur une éventuelle pénétration de ces particules dans des organes.

Les auteurs de cette étude, publiée jeudi dans Environment International, ont analysé des échantillons sanguins de 22 donneurs anonymes, tous des volontaires en bonne santé, et découvert des microplastiques chez 17. La moitié des échantillons contenait des traces de PET (polytéréphtalate d’éthylène), l’un des plastiques les plus utilisés dans le monde, notamment pour la fabrication de bouteilles et de fibres polyester.

Plus d’un tiers renfermait du polystyrène, utilisé entre autres pour des emballages alimentaires, un quart du polyéthylène. “Pour la première fois, nous avons été capables de détecter et de quantifier” de tels microplastiques dans du sang humain, a déclaré Dick Vethaak, un écotoxicologue de l’université libre d’Amsterdam. 

“C’est la preuve que nous avons des plastiques dans notre corps – et nous ne devrions pas”, a-t-il dit à l’AFP, jugeant nécessaire d’autres recherches sur l’impact possible sur la santé. “Où cela se retrouve-t-il dans notre corps ? Est-ce que cela peut être éliminé ? Evacué ? Ou est-ce retenu dans certains organes, peut-être en s’accumulant, voire est-ce que cela peut passer la barrière hémato-encéphalique?”, s’est-il interrogé.

Selon l’étude, les microplastiques détectés ont pu pénétrer dans le corps par bien des voies, l’air, l’eau ou la nourriture, ou encore des produits d’hygiène ou cosmétiques. “Il est scientifiquement vraisemblable que des particules plastiques puissent être acheminées jusqu’à des organes via le système sanguin”, ajoutent ses auteurs.

Cette étude a été financée par l’Organisation néerlandaise pour la recherche et le développement en santé et par Common Seas, une ONG environnementale basée au Royaume-Uni visant à réduire la pollution plastique. 

Pour Alice Horton, une spécialiste des contaminants anthropiques du centre britannique d’océanographie, “malgré le faible échantillon et les faibles concentrations détectées”, les méthodes analytiques de l’étude sont “très robustes”. “Cette étude contribue à prouver que les particules plastiques ne se sont pas seulement répandues dans l’environnement, mais également dans nos corps. Les conséquences à long terme ne sont pas encore connues”, a-t-elle commenté auprès du Science Media Centre.

Si elle a aussi relevé l’échantillon limité et le manque de données sur le degré d’exposition des participants, Fay Couceiro, lectrice en biogéochimie et pollution à l’université de Portsmouth, a estimé “solides” les données de cette étude surtout méthodologique. Elle a également jugé nécessaire de mener davantage de recherches sur le sujet, notamment sur les implications pour la santé. 

infos coronavirus