mercredi 5 août 2020
A VOIR

|

Des croisements entre Amérindiens et Polynésiens dès 1200

Publié le

Les Amérindiens et Polynésiens, bien que séparés par de vastes étendues océaniques, se sont mélangés dès les années 1200 et ont laissé des preuves irréfutables de cette rencontre dans l'ADN des populations actuelles, révèle une étude parue dans la revue Nature.

Publié le 09/07/2020 à 9:43 - Mise à jour le 09/07/2020 à 9:44
Lecture 2 minutes

Les Amérindiens et Polynésiens, bien que séparés par de vastes étendues océaniques, se sont mélangés dès les années 1200 et ont laissé des preuves irréfutables de cette rencontre dans l'ADN des populations actuelles, révèle une étude parue dans la revue Nature.

Les chercheurs ne sont pas encore capables de nous dire si le voyage a été fait par les peuples venant de l’actuelle Colombie ou Equateur en direction des petites îles au cœur du Pacifique, ou si à l’inverse ce sont des marins de Polynésie qui ont remonté vers l’Amérique du Sud.

Mais ce qui est avéré, selon cette étude parue mercredi, c’est que le croisement a eu lieu des centaines d’années avant que les Européens n’arrivent dans la région, en Polynésie française notamment.

« Ces découvertes changent notre compréhension de l’un des chapitres les plus méconnus des grandes conquêtes continentales de notre espèce »,  a expliqué à l’AFP Andreas Moreno-Estrada, l’un des principaux chercheurs du laboratoire national de génomique pour la biodiversité de Mexico.

Lire aussi : Les premiers Polynésiens ont-ils voyagé jusqu’en Amérique ? Une nouvelle étude sème le doute

Archéologues et historiens débattent depuis des décennies sur les contacts ayant pu exister entre les insulaires d’Océanie et les Amérindiens, et, s’ils ont eu lieu, sur leur nature. 

En 1947, l’explorateur et écrivain norvégien Thor Heyerdahl était allé jusqu’à créer un radeau, le Kon-Tiki, baptisé ainsi d’après un dieu inca, et avait embarqué au Pérou, avant de se laisser dériver pendant 101 jours et 7 000 kilomètres, pour finalement s’échouer sur l’archipel des Tuamotu, en actuelle Polynésie française. 

Heyerdahl était convaincu que des habitants du Pérou s’étaient rendus sur les îles isolées du Pacifique et voulait montrer, avec cette expédition devenue mythique, que cette piste était possible.

Patate douce voyageuse

Mais « il est plus probable que ce soit les Polynésiens qui aient atteint l’Amérique, du fait de leur technologie maritime et de leur capacité démontrée à parcourir des milliers de kilomètres sur les océans », indique à l’AFP Alexander Ioannidis, chercheur à l’université de Stanford. 

Pour en savoir davantage, les chercheurs ont collecté des données génétiques auprès de quinze groupes amérindiens le long des côtes du Pacifique en Amérique du Sud et centrale, et de dix-sept îles polynésiennes – plus de 800 individus au total.

« Nous avons recherché de longues séquences d’ADN avec exactement le même code », explique Alexander Ioannidis.

Les croisements entre les groupes indigènes de Colombie et d’Equateur et ceux de Polynésie sont sans équivoque, confirmés aussi bien par les méthodes statistiques traditionnelles que par les nouvelles techniques de « big data ».

Le matériel génétique a permis de faire remonter la date des premiers croisements à 1200 environ, à peu près à l’époque de l’invasion de la Chine par Gengis Khan et du siège de Constantinople par les Croisés. 

Jusqu’à présent, la patate douce était sans doute la preuve la plus évidente des échanges de cultures entre Polynésiens et Amérindiens. 

Originaire des Amériques, on la trouvait pourtant sur les îles du Pacifique bien avant l’arrivée des Européens, et son nom dans de nombreuses langues polynésiennes ressemblent à celui qui lui est attribué dans certains peuples d’Amérique du Sud. 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Groupe OPT Beach Soccer Tour : victoire des Tiki...

Vendredi soir, se déroulait en direct du centre technique de la Fédération Tahitienne de Football (FTF) à Pirae, la finale du Groupe OPT Beach Soccer Tour, sacrant les Tiki Tama, qui l'ont emporté 10 à 5 face aux Green Warriors.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV