jeudi 9 juillet 2020
A VOIR

|

Des « corridors sanitaires » pour les touristes de métropole voyageant en Outre-mer ?

Publié le

Le secrétaire d'État chargé des transports Jean-Baptiste Djebbari a évoqué lundi, devant la délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale, la "piste des corridors sanitaires" qui pourraient être mis en place pour permettre aux touristes de l'hexagone de se rendre en Outre-mer cet été.

Publié le 18/05/2020 à 10:57 - Mise à jour le 18/05/2020 à 11:07
Lecture 2 minutes

Le secrétaire d'État chargé des transports Jean-Baptiste Djebbari a évoqué lundi, devant la délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale, la "piste des corridors sanitaires" qui pourraient être mis en place pour permettre aux touristes de l'hexagone de se rendre en Outre-mer cet été.

L’idée serait une quatorzaine divisée en deux périodes de confinement, avant le voyage, puis à l’arrivée, combinée à des tests de dépistage du coronavirus. « Ce système pourrait donner à voir un parcours des passagers (…) sécurisé sur le plan sanitaire, tant au niveau de la quatorzaine partiellement réalisée de part et d’autre de la destination, que du parcours des passagers dans l’aéroport, à bord de l’avion et à l’arrivée, avec des pratiques de tests », a expliqué Jean-Baptiste Djebbari.  

« Pour l’instant, le principe de la quatorzaine demeure » pour chaque personne entrant dans un territoire ultramarin, a souligné le secrétaire d’État.

Le conseil constitutionnel a censuré récemment cette mesure de quatorzaine, mais « un nouveau décret est à venir cette semaine », a assuré M. Djebbari. « Le préfet devrait garder la possibilité d’imposer une quatorzaine stricte » aux arrivants, a-t-il ajouté.   

Selon le conseil scientifique qui aiguille le gouvernement, la mesure de quatorzaine stricte « s’est avérée essentielle » dans la lutte contre le coronavirus en Outre-mer, relativement épargnés par l’épidémie.

Mais « les dynamiques locales, les volontés qui s’expriment aujourd’hui sont différentes « selon les territoires. « Certains arguent de la très grande vulnérabilité et choisissent le chemin de la sécurité sanitaire » en réclamant le maintien de la quatorzaine, « d’autres tentent plus de concilier impératif sanitaire et vitalité économique » en réclamant la reprise du tourisme, analyse M. Djebbari.

Selon lui, « une des pistes intéressantes est la piste des corridors sanitaires ».  Ce type de dispositif est jugé « acceptable », par le conseil scientifique, mais peut présenter « un risque accru de Covid-19, si elle n’est pas appliquée strictement »

Pour Jean-Baptiste Djebbari, « comme nous avons des stratégies locales différenciées, il me semble que la possibilité de monter un corridor sanitaire de façon très territorialisée répondrait à ces objectifs localement portés ».

M. Djebbari qui a rencontré dans la matinée, avec la ministre des Outre-mer Annick Girardin, les compagnies aériennes desservant les territoires ultramarins, a précisé que selon ces compagnies, « depuis le discours du Premier ministre (sur les vacances possibles cet été en France hexagonale et en Outre-mer, ndlr) nous observons des demandes de réservations » qui correspondent « à environ 50% de ce qui était pratiqué l’année dernière ».

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

33 tonnes de matériels de première urgence au fenua

33 tonnes de matériels de première urgence ont été acheminés au fenua. Actuellement stockés dans un hangar de l’armée à Sainte Amélie, ces matériaux seront gérés par la Croix-Rouge, une association agréée de sécurité civile.

Essais nucléaires, 54 ans après : une situation « dramatique et...

Ce jeudi 2 juillet marque le 54ème anniversaire du premier tir des essais nucléaires en Polynésie. L’association 193 s’est réunie pour un sit-in devant le haut-commissariat. Une manifestation en mémoire des victimes des essais nucléaires et pour que justice soit rendue.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV