samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Cyclone Debbie : « au moins une personne a été grièvement blessée »

Publié le

Publié le 27/03/2017 à 7:38 - Mise à jour le 27/03/2017 à 7:38
Lecture 3 minutes

Les autorités avaient initialement redouté l’arrivée du cyclone à l’aube, au moment de la marée haute, ce qui présentait un risque très fort d’inondations et de vagues submersives. 
Mais la progression de Debbie a ralenti durant la nuit et il a touché les côtes entre les villes d’Airlie Beach et Bowen en début d’après-midi.

Mercredi à l’aube (heure locale), le cyclone a été rétrogradé en système dépressionnaire tropical.

Au moins une personne a été grièvement blessée mais le nombre exact de victimes et l’étendue des dégâts n’étaient pas encore connus, alors que les conditions restaient encore trop dangereuses pour l’intervention durant la nuit des équipes de secours malgré des centaines d’appels à l’aide.

« Dès l’aube demain (mercredi matin, NDLR), nous enverrons des personnes faire une évaluation rapide des dégâts », a déclaré la Première ministre du Queensland Annastacia Palaszczuk. « Tout le monde sera sous le choc demain en voyant tout l’impact de ce cyclone. Moi-même je m’y prépare », a-t-elle ajouté.

Les services du gouvernement fédéral se tiennent prêts à fournir une aide au Queensland, avec des militaires, des hélicoptères et des avions prêts à se mobiliser.

Les effets du cyclone ont été ressentis sur une longue bande côtière, d’une distance équivalente à celle entre Londres et Berlin mais avec une intensité moindre par endroits.

« On a eu l’impression toute la nuit d’être sous un train de marchandises, le vent faisait trembler le bâtiment », a raconté à l’Australian Broadcasting Corporation Cameron Berkman, en vacances sur Hayman Island, dans le nord de l’archipel des Îles Whitsunday.
 
Le chaos régnait également à Airlie Beach, principal port de départ vers les Whitsunday.

« Des arbres à terre, des informations faisant état de vitres brisées et de toitures commençant à se décrocher », a rapporté dans un tweet Mark Ryan, le ministre de la Police, des Pompiers et des Services d’urgences du Queensland.

– 45.000 foyers sans électricité –
 
Ian Stewart, de la police du Queensland, a estimé qu’il y avait « certainement des dégâts structurels », et au moins une personne grièvement blessée par l’effondrement d’un mur. Il a dit s’attendre à de nombreux dégâts mais aussi à d’autres blessés « si ce n’est des morts ».

L’agence météorologique australienne, qui prévoyait 50 centimètres de précipitations, avait exhorté les habitants à rester à l’abri jusqu’à nouvel ordre.

Mme Palaszczuk, qui a qualifié la tempête de « monstre », a affirmé qu’au moins 45.000 foyers étaient privés d’électricité tandis que les communications étaient coupées dans de nombreux endroits et que des centaines d’écoles ou de centres pour les enfants étaient fermés.

Les autorités avaient dit aux habitants de se préparer à la plus forte tempête depuis le cyclone Yasi en 2011, qui avait détruit des maisons du nord du Queensland, des récoltes et fait 1,4 milliard de dollars australiens (979 millions d’euros) de dégâts.

Quelque 3.500 personnes ont été évacuées des villes de Home Hill et Proserpine, à une centaine de km au sud de la ville touristique de Townsville, un point de départ d’excursions sur la Grande barrière de corail.
 
Environ 2.000 autres résidant sur la zone côtière centrale de Bowen ont également été évacuées. 

Quelque 25.000 habitants des parties les plus basses de Mackay, plus au sud, ont été incités à s’abriter en hauteur par crainte de vagues pouvant atteindre plus de deux mètres.

AFP

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.