lundi 8 août 2022
A VOIR

|

Covid-19 : nouveau retard pour Sanofi, pas de résultats pour ses essais de vaccin avant 2022

Publié le

Nouvelle déconvenue pour Sanofi : attendus pour fin 2021, les résultats finaux de l'essai clinique sur son vaccin contre la Covid-19 sont reportés au premier trimestre 2022, repoussant une mise sur le marché.

Publié le 15/12/2021 à 12:32 - Mise à jour le 16/12/2021 à 10:05
Lecture 2 minutes

Nouvelle déconvenue pour Sanofi : attendus pour fin 2021, les résultats finaux de l'essai clinique sur son vaccin contre la Covid-19 sont reportés au premier trimestre 2022, repoussant une mise sur le marché.

Le groupe français, qui développe avec le britannique GSK ce vaccin à base de protéine recombinante, a dévoilé mercredi des résultats intermédiaires jugés positifs en tant que dose de rappel, mais il ne donne pas de calendrier précis concernant la date à laquelle ce vaccin pourrait être disponible.

“On apportera ce vaccin l’année prochaine”, a seulement assuré mercredi à l’AFP Olivier Bogillot, président France de Sanofi, alors que la campagne de rappel bat son plein dans l’Hexagone. “On n’est plus dans une course de vitesse. (…) On voit bien que le virus est là pour longtemps. On aura un vaccin français”, a-t-il poursuivi, alors que son groupe a été très critiqué pour son retard à mettre au point un sérum anti-Covid face à la concurrence.

“C’est important pour les Français de savoir qu’une société française travaille sur un vaccin et va le mettre à disposition. Ca ne sera peut-être pas pour une troisième dose. Ce sera peut-être pour une quatrième dose”, a ajouté le dirigeant.

Une dose unique de rappel du candidat-vaccin de Sanofi et GSK a en effet “permis d’obtenir des réponses immunitaires fortes”, fait valoir le laboratoire dans un communiqué. Les résultats de cet essai montrent ainsi une multiplication de l’ordre de 9 à 43 des anticorps neutralisants, quel que soit le vaccin reçu en primovaccination.

Par ailleurs, l’essai mondial de phase 3 (la dernière avant mise sur le marche, NDLR), en primovaccination, se poursuit, selon la recommandation du Comité indépendant de surveillance et de suivi des données, jusqu’au début de 2022, afin de collecter davantage de données, précise Sanofi.

Polémique

“Pour notre étude, il faut des cas qui n’ont jamais été exposés à un virus. Dans un contexte de pandémie (…), il est difficile de trouver des gens pas exposés au virus. Or, on a besoin d’un nombre de cas très significatif pour pouvoir mesurer l’efficacité. C’est la discussion que l’on a avec ce comité scientifique indépendant”, a fait valoir Olivier Bogillot.

Le mastodonte est attendu, alors que la France a échoué jusqu’ici à commercialiser un vaccin contre le Covid-19. Après un premier délai de 6 mois, dû à un problème de dosage, Sanofi avait tablé sur des résultats définitifs de l’essai clinique fin 2021, pour une commercialisation début 2022. 

De son côté, l’institut Pasteur avait annoncé en début d’année mettre fin aux essais de son projet principal, tout en poursuivant des recherches.

Ces délais ont avivé la polémique sur les questions de souveraineté sanitaire et l’état de la recherche en France, d’autant plus que Sanofi est l’un des leaders mondiaux dans les vaccins hors Covid. Face à lui, ses concurrents Pfizer-BioNTech et Moderna ont lancé leur vaccin, utilisant la technologie innovante de l’ARN messager, dès le mois de décembre 2020. Sanofi a opté pour une technologie différente, qui utilise la protéine spike du virus SARS-CoV-2 comme antigène pour aider l’organisme à reconnaître le virus.

L’annonce du laboratoire de données intermédiaires encourageantes en tant que dose de rappel a été plutôt bien reçue par les investisseurs, puisque le titre gagnait 0,50% à 85,92 euros (environ 10 310 Fcfp) à la Bourse de Paris, mercredi, aux alentours de 14H00.

Etant donné le nombre de doses de vaccins qui seront disponibles en tout mi-2022, autour de 25 milliards, “l’opportunité principale pour le vaccin thermostable de Sanofi pourrait être post-pandémie”, relèvent les analystes de Jefferies dans une note, avec potentiellement un marché de 500 à 600 millions de doses par année, comme pour la grippe.

infos coronavirus