samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Covid-19 : l’ONU prévoit une chute de 20 à 30% du tourisme international en 2020

Publié le

La pandémie du nouveau coronavirus va entraîner une chute des visites touristiques de 20 à 30% en 2020, prévoit l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) qui s'attendait jusqu'à présent à une baisse de 1 à 3% par rapport à 2019.

Publié le 27/03/2020 à 12:44 - Mise à jour le 27/03/2020 à 13:50
Lecture < 1 min.

La pandémie du nouveau coronavirus va entraîner une chute des visites touristiques de 20 à 30% en 2020, prévoit l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) qui s'attendait jusqu'à présent à une baisse de 1 à 3% par rapport à 2019.

Cette agence de l’ONU basée à Madrid chiffre à entre 300 et 450 milliards de dollars (32 à 44 billions de Fcfp) la baisse des rentrées touristiques, ce qui équivaudrait à environ « un tiers » des recettes générées en 2019.

Cette baisse est due « à l’introduction sans précédent de restrictions de voyage à travers le monde », explique l’OMT, soulignant que cette nouvelle prévision doit être prise « avec prudence étant donné la nature extrêmement incertaine de la crise actuelle ».

La dernière grande crise économique avait entraîné une baisse de 4% du tourisme en 2009, rappelle l’OMT.

En 2003, la baisse avait été de seulement 0,4% après l’épidémie de Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui avait tué 774 personnes dans le monde.

« Le tourisme est l’un des secteurs les plus touchés (…) Il est clair (qu’il) risque de perdre des millions d’emplois », en particulier au sein des petites et moyennes entreprises qui représentent environ 80% des sociétés dans ce secteur, souligne Zurab Pololikashvili, secrétaire général de l’organisation, cité dans le communiqué.

L’OMT ne détaille pas ses prévisions par région ou par pays. Début mars, elle estimait que l’Asie-Pacifique serait la région la plus touchée par le recul du nombre de touristes.

Avant le début de la pandémie de nouveau coronavirus, l’OMT prévoyait une croissance de 3-4% pour le tourisme mondial.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV