lundi 13 juillet 2020
A VOIR

|

Covid-19 : le secteur aérien mondial durement frappé par la pandémie

Publié le

Suppressions d'emplois, faillites et plans de sauvetages... le secteur aérien est frappé de plein fouet par la pandémie de coronavirus, qui a cloué les avions au sol.

Publié le 26/05/2020 à 10:59 - Mise à jour le 26/05/2020 à 11:04
Lecture 3 minutes

Suppressions d'emplois, faillites et plans de sauvetages... le secteur aérien est frappé de plein fouet par la pandémie de coronavirus, qui a cloué les avions au sol.

L’Association internationale du transport aérien (Iata) a chiffré à 314 milliards de dollars (environ 34 billions de Fcfp) l’impact de la pandémie sur le chiffre d’affaires des compagnies aériennes en 2020, soit une chute de 55% par rapport à 2019. Et le transport aérien ne devrait pas retrouver son niveau de trafic d’avant-pandémie avant 2023, selon l’association.

Déjà plusieurs faillites

LATAM est la dernière compagnie en date à s’être déclarée en faillite, ce mardi. Faute de pouvoir honorer ses échéances financières, la principale compagnie d’Amérique latine s’est placée sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine, qui permet aux entreprises de se restructurer à l’abri des créanciers. Elle emploie plus de 42 000 personnes.

Cette faillite intervient deux semaines après celle d’Avianca (20 000 employés), la deuxième compagnie aérienne colombienne, qui s’est elle aussi placée sous la loi américaine de protection contre les faillites.

Également ébranlé, le géant australien Virgin Australia s’est mis volontairement en cessation de paiement le 21 avril. La compagnie aérienne avait demandé en vain au gouvernement un prêt de 1,4 milliard de dollars australiens (101,2 milliards de Fcfp).

Le coronavirus a également emporté les sud-Africains South African Airways (SAA) et Comair, le britannique Flybe et quatre filiales de Norwegian Air Shuttle en Suède et au Danemark.

Suppressions d’emplois en cascade

Air Canada va licencier plus de la moitié de ses effectifs (au moins 19.000 employés), British Airways prévoit 12 000 suppressions d’emplois (30% de ses effectifs), l’américain Delta Air Lines 10 000 départs volontaires (11%) et le scandinave SAS 5 000 suppressions de postes (40%).

Des coupes d’effectifs ont aussi été annoncées par l’américain United Airlines (3 450 emplois de cadres), le britannique Virgin Atlantic (3 150 emplois), les irlandais Ryanair (3 000) et Aer Lingus (900), Icelandair (2 000), Brussels Airlines (1 000), le hongrois Wizz Air (1 000) et Fiji Airways (758).

Les compagnies ne sont pas les seules touchées. Le constructeur américain Boeing a annoncé la suppression de 16 000 emplois, soit 10% de ses effectifs dans les avions civils, tandis que les fabricants de moteurs américain General Electric et britannique Rolls-Royce ont respectivement sabré 12 600 et 9 000 postes.

Les États à la rescousse

Le gouvernement allemand et Lufthansa sont parvenus lundi à un accord sur un plan de sauvetage de 9 milliards d’euros (1 billion de Fcfp), qui verra l’État devenir le premier actionnaire de la compagnie. Toujours en Allemagne, la compagnie charter Condor, filiale du voyagiste en faillite Thomas Cook, a obtenu 550 millions d’euros (65,6 milliards de Fcfp) de prêts garantis par l’État.

La France et les Pays-Bas ont quant à eux volé au secours d’Air France-KLM, avec un plan de 9 à 11 milliards d’euros (1 à 1,3 billions de Fcfp).

La Nouvelle-Zélande a prêté quelque 900 millions de dollars néo-zélandais (60,6 milliards de Fcfp) à la compagnie Air New Zealand.

Les États-Unis ont lancé en mars un programme de soutien à l’emploi, dont 50 milliards de dollars (5,4 billions de Fcfp) destinés à l’aviation civile. La plupart des grandes compagnies américaines y ont fait appel.

De son côté, l’Italie a opté pour une nationalisation d’Alitalia.

Easyjet a obtenu un prêt public de 600 millions de livres (80,4 milliards de Fcfp).

La Suisse a, elle, garanti 1,2 milliard d’euros (143,2 milliards de Fcfp) de prêts à Swiss et Edelweiss, deux filiales de Lufthansa.

Dubaï et la Turquie ont également annoncé qu’ils viendraient en aide respectivement à Emirates et Turkish Airlines, sans toutefois préciser l’ampleur de leur intervention.

L’Iata a estimé à 123 milliards de dollars (13,4 billions de Fcfp), à la mi-mai, le montant des aides apportées par les États aux compagnies aériennes.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV