dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Covid-19 : le gouvernement « favorable » à « un appui supplémentaire » en Polynésie

Publié le

Le gouvernement est "favorable" à un "appui supplémentaire" pour aider la Polynésie française à faire face à l'évolution de l'épidémie de Covid-19 "très préoccupante" sur le territoire, a indiqué mardi la ministre déléguée chargée de l'autonomie Brigitte Bourguignon.

Publié le 27/10/2020 à 9:29 - Mise à jour le 27/10/2020 à 9:29
Lecture < 1 min.

Le gouvernement est "favorable" à un "appui supplémentaire" pour aider la Polynésie française à faire face à l'évolution de l'épidémie de Covid-19 "très préoccupante" sur le territoire, a indiqué mardi la ministre déléguée chargée de l'autonomie Brigitte Bourguignon.

Elle répondait, lors des questions au gouvernement, au député de Polynésie Moetai Brotherson, qui demandait si l’État français soutiendrait le gouvernement polynésien dans sa demande d’une coopération régionale et internationale, avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ou avec Cuba, qui a déjà envoyé un contingent de médecins cubains en Martinique.

« Hier nous avons dépassé, en nombre absolu de décès, ceux de la Nouvelle-Zélande, pays de 5 millions d’habitants. Nous sommes 272 000 en Polynésie française », a souligné le député. « Le nombre de lits en réanimation va d’ici deux ou trois semaines se révéler totalement insuffisant », a-t-il plaidé.

« L’évolution de l’épidémie est très préoccupante en Polynésie française », a reconnu Brigitte Bourguignon.

« La question d’un appui supplémentaire est en cours de discussion, nous y sommes favorables », a-t-elle ajouté sans plus de précisions. Elle a également évoqué « l’enjeu de la disponibilité des tests en nombres suffisants »

Selon la ministre, « le nombre de cas actifs a plus que doublé en une semaine », avec « 17 hospitalisations supplémentaires sur cette période » et le nombre de personnes en réanimation « a pratiquement doublé en sept jours, soit plus d’une vingtaine actuellement ».

Le taux d’incidence est actuellement de « 500 cas pour 100 000 habitants, c’est exorbitant », a-t-elle ajouté, précisant que 20 décès ont été recensés, « dont 6 au cours de la dernière semaine ».

La Polynésie fait actuellement l’objet d’un couvre-feu entre 21 heures et 4 heures, comme 54 départements français. L’évolution de l’épidémie fait craindre une saturation du centre hospitalier de Tahiti, dans ce territoire où l’obésité, l’insuffisance rénale, les maladies cardiovasculaires et le diabète, qui constituent des facteurs aggravants de risque, sont très fréquents.

infos coronavirus

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :