jeudi 9 juillet 2020
A VOIR

|

Covid-19 : en Nouvelle-Calédonie, polémique sur le prêt de l’Etat

Publié le

Les députés de Nouvelle-Calédonie ont vertement critiqué mercredi les conditions d'attribution au territoire d'un prêt garanti par l'Etat pour faire face à la crise sanitaire du coronavirus, estimant qu'elles s'apparentent à une "mise sous tutelle" de l'archipel.

Publié le 03/06/2020 à 11:04 - Mise à jour le 03/06/2020 à 11:04
Lecture 2 minutes

Les députés de Nouvelle-Calédonie ont vertement critiqué mercredi les conditions d'attribution au territoire d'un prêt garanti par l'Etat pour faire face à la crise sanitaire du coronavirus, estimant qu'elles s'apparentent à une "mise sous tutelle" de l'archipel.

« Les conditions dans lesquelles ce prêt est accordé sont des conditions scélérates. C’est ahurissant que le président du gouvernement (local) ait pu signer ça », a taclé Philippe Gomes, député UDI (Calédonie ensemble, centre droit).

Aux côtés du député Philippe Dunoyer (UDI) et d’autres responsables de son parti, il a affirmé n’avoir eu communication que la semaine dernière, d’une annexe de ce contrat de prêt de 28,5 milliards de Fcfp octroyé par l’Agence France de Développement (AFD) et garanti par l’Etat.

« Le président du gouvernement (Thierry Santa, LR, Ndlr) s’est livré à un véritable abandon de souveraineté sur les compétences de la Nouvelle-Calédonie, notamment en matière fiscale, de santé et de protection sociale », a asséné l’élu du Caillou, déplorant l’absence de débat au Congrès (assemblée législative).

Selon les dirigeants de Calédonie ensemble, ces engagements reviennent à créer « 17,5 milliards de Fcfp d’impôts nouveaux » d’ici 2021, qui vont « tuer l’économie du pays et aggraver la fracture sociale ». Ils ont en outre dénoncé le taux « usuraire » de 1,48% (sur 25 ans) « alors que le taux moyen des collectivités locales françaises était en 2018 de 1,10% ».

Selon l’annexe, communiquée à la presse par CE, la Nouvelle-Calédonie, lourdement endettée, « s’engage à l’amélioration de ses ratios financiers, à poursuivre l’assainissement des comptes et des finances publiques et à redimensionner ses investissements à des niveaux réalistes et réalisables ». S’ensuit une série de mesures comme la maitrise de la masse salariale, la diminution des subventions, la hausse de la Taxe générale à la consommation, la création d’une taxe sur les plus-values immobilières des résidences secondaires ou encore la suppression de niches fiscales.

Un comité stratégique sera créé pour veiller au respect de cette feuille de route.

« Heureusement que nous avons eu l’Etat et l’AFD à nos côtés pour maintenir le salaire de milliers de Calédoniens », a répliqué sur la radio RRB Christopher Gygés, porte parole du gouvernement collégial, accusant son rival loyaliste de pratiquer « la politique de la terre brûlée ».

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV