samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Covid-19 : en Australie, le nombre de nouveaux cas au plus haut

Publié le

L'Australie a annoncé mercredi 502 nouveaux cas de coronavirus, soit le chiffre le plus élevé jamais enregistré sur l'île-continent, les autorités affirmant que le pays entrait désormais dans une phase critique.

Publié le 22/07/2020 à 9:40 - Mise à jour le 22/07/2020 à 9:40
Lecture 2 minutes

L'Australie a annoncé mercredi 502 nouveaux cas de coronavirus, soit le chiffre le plus élevé jamais enregistré sur l'île-continent, les autorités affirmant que le pays entrait désormais dans une phase critique.

L’immense majorité des cas ont été recensés ces dernières 24 heures dans l’État du Victoria (sud), aux prises avec d’importants foyers d’épidémie à Melbourne et dans ses banlieues, qui sont soumises depuis près de deux semaines à de nouvelles mesures de confinement.

Le précédent pic de l’épidémie datait du 28 mars quand 459 cas avaient été enregistrés selon des chiffres compilés par l’AFP. 

Le pays était par la suite parvenu à contenir la propagation du virus, au point que les restrictions avaient pu être levées. Comme la Nouvelle-Zélande voisine, l’Australie avait été saluée pour sa gestion efficace de la crise.

Mercredi, le Premier ministre du Victoria Daniel Andrews a fait état de 484 nouvelles contaminations et de deux nouveaux décès.

L’Australie totalise désormais près de 13 000 cas de Covid-19, une maladie qui a fait 128 morts dans ce pays de 25 millions d’habitants.

À compter de minuit mercredi soir, les habitants de Melbourne seront tenus de porter un masque quand ils sortiront de chez eux, au risque d’écoper s’ils n’en ont pas d’une amende de 200 dollars australiens (environ 14 731 Fcfp).

Mais M. Andrews a estimé que d’autres changements dans les comportements étaient nécessaires. 

Une étude a montré que 90% des malades diagnostiqués ces deux dernières semaines n’avaient pas eu le réflexe de s’isoler entre le moment où ils avaient ressenti des symptômes et celui où ils avaient effectué un test.

Plus de la moitié des nouveaux malades n’ont pas observé de quarantaine stricte à la maison dans l’attente de leurs résultats.

M. Andrews a expliqué que de nombreux travailleurs intérimaires ne pouvant obtenir d’arrêts maladie étaient particulièrement inquiets de la chute de revenus liée à leur contamination. 

Il a cependant rappelé qu’ils pouvaient demander une aide publique exceptionnelle de 1 500 AUD (110 485 Fcfp) s’ils tombaient malades.

Les autorités s’inquiètent en outre de plus en plus de la propagation de la maladie au sein des populations les plus vulnérables en raison de foyers dans des maisons de retraite. Dans six prisons, des détenus ont été confinés dans leurs cellules car un gardien avait été testé positif.

Cette nouvelle vague plombe les espoirs d’une reprise économique rapide dans un pays qui devrait connaître sa première récession en 30 ans, à cause du coronavirus.

Des investigations rendues publiques cette semaine ont montré que la reprise de l’épidémie était probablement liée à des manquements dans les hôtels où les habitants de retour en Australie effectuent leur quarantaine.

Les États voisins ont fermé leurs frontières avec le Victoria, mais des cas ont néanmoins été détectés en Nouvelle-Galles du Sud.

La Première ministre de cet État, Gladys Berejiklian, a présenté les prochaines semaines comme « les plus critiques » depuis plusieurs mois.

Sydney compte en effet plusieurs foyers de contamination, que les autorités pensent liées à la visite dans un pub d’un homme de Melbourne qui était contaminé.

« Nous ne sommes en aucun cas tirés d’affaire, bien au contraire », a déclaré Mme Berejiklian lors d’une conférence de presse.

Seize nouveaux cas ont été annoncés mercredi en Nouvelle-Galles du Sud, un dans le Queensland et un en Australie-méridionale.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV