samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Coronavirus : près de 600 000 Australiens ont perdu leur emploi

Publié le

Près de 600 000 Australiens ont perdu leur emploi en avril raisons des mesures prises pour lutter contre le coronavirus, soit le chiffre le plus élevé depuis plus de 40 ans, selon des données publiées jeudi.

Publié le 14/05/2020 à 10:58 - Mise à jour le 14/05/2020 à 10:58
Lecture 2 minutes

Près de 600 000 Australiens ont perdu leur emploi en avril raisons des mesures prises pour lutter contre le coronavirus, soit le chiffre le plus élevé depuis plus de 40 ans, selon des données publiées jeudi.

Le bureau australien des statistiques (ABS) a indiqué que 100 000 personnes ont demandé à bénéficier des allocations de chômage tandis que 500 000 ont quitté la vie active.

Le Premier ministre Scott Morrison a qualifié ces chiffres d’« extrêmement choquants », ABS estimant qu’en totalisant le sous-emploi et le chômage, le niveau a atteint en avril le chiffre record de 19,9%.

Selon ABS, 2,7 millions de personnes, soit un actif sur cinq, ont été contraintes de quitter leur emploi ou ont eu leur temps de travail diminué alors que le pays a enregistré une « chute sans précédent » de 63,5% du taux d’activité.

Cette baisse s’est traduite par une augmentation d’un point du taux du chômage, qui a atteint 6,1%.

Seulement 12,4 millions d’Australiens ont actuellement un emploi après cette forte baisse mensuelle. Il s’agit de la plus forte baisse mensuelle depuis que l’ABS a commencé à enregistrer des données mensuelles en 1978.

M. Morrison a invité la population à se préparer à des annonces, sur le plan économique, encore plus difficiles dans les mois à venir. « Une journée très difficile. Terriblement choquante, mais pas inattendue », a-t-il ajouté. « Nous savions qu’il y aurait des nouvelles difficiles car la pandémie a un impact sur l’Australie comme sur tous les pays de la planète ».

Le ministère des Finances a estimé que le taux de chômage attendra 10% en juin.

M. Morrison a indiqué que six millions d’Australiens bénéficient actuellement de Jobkeeper, un programme d’aide salariale de 1 500 dollars australiens (environ 107 000 Fcfp) pour deux semaines et qui est versé au personnel par l’intermédiaire des employeurs.

L’Australie a recensé environ 7 000 cas de contamination au coronavirus, qui a tué une centaine de personnes sur une population de 25 millions d’habitants. Le pays a été salué pour l’efficacité des mesures prises pour combattre l’épidémie.

Mais les restrictions portant sur les déplacements, les rassemblements ou le commerce de détail ont eu un impact dévastateur sur l’économie.

Le gouvernement australien a chiffré à environ quatre milliards de dollars australiens (285,5 milliards de Fcfp) le manque à gagner par semaine pour l’économie. 

Certaines régions du pays ont commencé à assouplir certaines restrictions. À partir de vendredi, des cafés, des pubs et des restaurants vont commencé à ouvrir leurs portes à des petits groupes.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV