mardi 31 mars 2020
A VOIR

|

Coronavirus : le salon mondial du mobile de Barcelone annulé face aux craintes

Publié le

La crainte suscitée par le nouveau coronavirus a eu raison du salon mondial du mobile de Barcelone (MWC), grand-messe du secteur annulée mercredi après une vague de désistements de grands groupes, alors que les autorités espagnoles appelaient à ne pas céder à "l'épidémie de la peur".

Publié le 12/02/2020 à 11:19 - Mise à jour le 12/02/2020 à 11:21
Lecture 3 minutes

La crainte suscitée par le nouveau coronavirus a eu raison du salon mondial du mobile de Barcelone (MWC), grand-messe du secteur annulée mercredi après une vague de désistements de grands groupes, alors que les autorités espagnoles appelaient à ne pas céder à "l'épidémie de la peur".

L’association organisatrice GSMA a annoncé avoir « annulé le MWC Barcelone 2020 car la préoccupation mondiale relative à l’épidémie de coronavirus, les inquiétudes sur les voyages et d’autres circonstances rendent impossible l’organisation de cet événement », prévu du 24 au 27 février.

Il s’agit de l’un des plus importants événements professionnels internationaux à être annulés depuis le début de l’épidémie, qui a fait plus de 1.100 morts.

Aucun cas du virus Covid-19 n’a été détecté en Espagne continentale, mais deux cas de patients infectés -un Britannique et un Allemand- ont été confirmés respectivement dans l’archipel des Baléares et celui des Canaries.

Les grands opérateurs télécoms organisateurs de l’événement avaient convoqué en urgence une réunion mercredi après-midi, alors que le salon était confronté depuis plusieurs jours à une série d’annulations de ses plus importants participants, une trentaine au total sur 2.800 sociétés inscrites.

Derniers en date mercredi : le groupe japonais de commerce et de services en ligne Rakuten, l’opérateur allemand Deutsche Telekom, l’équipementier finlandais Nokia et l’opérateur britannique Vodafone.

Avant eux, les Américains Intel, Facebook, Cisco et Amazon avaient renoncé à participer, tout comme le chinois Vivo, le sud-coréen LG, le suédois Ericsson, ou encore les japonais Sony et NTT DoCoMo.

La plupart ont expliqué faire de la santé de leurs employés une « priorité », certains reconnaissant qu’il s’agissait d’un « surcroît de précaution ».

Les géants coréen Samsung et chinois Huawei avaient en revanche maintenu leur participation, au prix d’importantes mesures de sécurité comme la mise en quarantaine préalable dans leurs hôtels des employés et dirigeants de Huawei.

Le salon mondial du mobile se tient depuis 2006 à Barcelone et prévoyait d’accueillir près de 110.000 visiteurs pour cette édition dont plus de 5.000 Chinois, selon GSMA.

Les grands fabricants de téléphones portables – à l’exception d’Apple – y présentent traditionnellement leurs nouveaux produits.

Les efforts des organisateurs pour rassurer leurs exposants ont donc été vains. Dimanche ils avaient annoncé la restriction des arrivées en provenance de Chine ainsi que des tests de températures et des conseils sur la désinfection des stands.

Mais le principal intérêt du salon pour les entreprises -qui paient très cher l’entrée- consiste en des réunions d’affaires permettant de signer des contrats. Les exposants s’inquiétaient de la réussite de ces prises de contact, alors que l’interdiction des poignées de main avait été décrétée et que beaucoup de personnes porteraient des masques de protection.

– ‘Epidémie de peur’ –

Les discussions entre les organisateurs et les autorités de Barcelone semblent avoir été âpres, au vu de l’enjeu financier colossal représenté par ce congrès, qui devait rapporter près de 500 millions d’euros (59,6 milliards de Fcfp) à la ville et générer 14.000 emplois.

GSMA voulait absolument éviter de devoir payer une facture d’environ 100 millions d’euros (11,9 milliards de Fcfp) pour l’annulation, a indiqué à l’AFP une source proche de l’organisation.

Les autorités espagnoles et catalanes avaient multiplié les appels au calme ces derniers jours.

L’épidémie « qui existe ici est une épidémie de la peur », a estimé à Barcelone mercredi la ministre régionale de la Santé, Alba Verges, assurant que la Catalogne comme l’Espagne sont « une zone de très faible risque concernant le coronavirus ».

A Madrid, le ministre de la Consommation, Alberto Garzón, avait souligné « qu’il n’y (avait) aucun danger de santé publique » lié au MWC.

L’annulation du salon est un coup dur pour l’économie de Barcelone et pour la Catalogne (nord-est).

Dès lundi, l’association des hôteliers de Barcelone avait confirmé que des annulations de réservations se produisaient dans les hôtels de la ville.

L’épidémie, partie de la ville de Wuhan en Chine, a déjà eu des répercussions sur d’autres salons mais de moindre envergure. En Europe, l’horloger suisse Swatch Group avait ainsi annulé son salon de mars à Zurich.

Article précédentLes 12 coups de cœur
Article suivantFenua Vibes avec Manava Trio

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

CoVID-19 : Point sanitaire depuis la cellule de crise du PaysVOIR LE LIVE
+