dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Coronavirus : Facebook va partager de nouvelles données avec des chercheurs

Publié le

Facebook a annoncé lundi la publication de données agrégées inédites issues de sa base d'utilisateurs afin d'aider les chercheurs à mieux comprendre et à lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19.

Publié le 06/04/2020 à 9:30 - Mise à jour le 06/04/2020 à 9:30
Lecture 2 minutes

Facebook a annoncé lundi la publication de données agrégées inédites issues de sa base d'utilisateurs afin d'aider les chercheurs à mieux comprendre et à lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19.

Le premier des réseaux sociaux va également inviter ses utilisateurs américains à participer à un programme d’études d’une université californienne qui tente d’évaluer les symptômes du coronavirus grâce à un questionnaire auto-administré, pour identifier ensuite les régions les plus touchées, a-t-il expliqué dans un article de blog.

Facebook a assuré qu’il ne recevrait pas les données de santé partagées avec les chercheurs et que ceux-ci n’auraient pour chaque répondant qu’un « identifiant généré aléatoirement » et une donnée permettant de limiter les biais statistiques.

Les données publiées par Facebook seront agrégées (à l’échelle de la ville ou du comté pour les Etats-Unis) et feront l’objet de « traitements supplémentaires pour dissimuler l’identité des personnes et réduire le risque que quiconque puisse être ré-identifié », a aussi expliqué la firme.

Mis à jour sur une base quotidienne, trois nouveaux types de cartes seront disponibles pour les partenaires du programme Facebook « Data for Good » (« des données pour faire le bien »), créé en 2017 pour fournir des informations utiles aux organisations humanitaires.

En France, l’université PSL qui regroupe 11 établissements d’enseignement supérieur et partenaire de trois organismes de recherche (CNRS, Inria, Inserm) s’est notamment jointe au programme.

Une première carte, sorte de réseau interconnecté à l’échelle d’un pays, « révèlera la probabilité qu’une personne dans une zone particulière rentre en contact avec une autre personne d’une autre zone. Elle aidera à identifier les zones dans lesquels des cas de Covid-19 sont susceptibles d’apparaître. »

Une autre mesure permettra de quantifier et de visualiser les liens sociaux que les habitants d’une région entretiennent avec d’autres régions. Elle « peut aider les épidémiologistes à prévoir la propagation de la maladie, et à identifier les régions qui auront le plus besoin d’aide » mais également à étudier le rôle du lien social dans la résilience à cette pandémie, a expliqué Facebook.

Un troisième outil permettra de visualiser le respect du confinement à l’échelle régionale au fil du temps. Une capture d’écran diffusée par Facebook montre un ensemble de graphiques permettant de comparer la diminution des déplacements dans plusieurs Etats brésiliens.

Les données proviennent des utilisateurs ayant laissé l’option « Historique des positions » activée dans leurs paramètres Facebook, a précisé Facebook.

Plusieurs entreprises, dont le géant du web Google ou des opérateurs télécoms, ont également annoncé publier certaines données sur les mouvements de population, et aider les pouvoirs publics à prévoir les futurs foyers épidémiologiques ou à mesurer le respect des règles de distanciation sociale.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Air France reprend progressivement ses vols d’ici fin juin

La compagnie aérienne française Air France compte "reprendre progressivement ses vols" d'ici à la fin du mois de juin "et sous réserve de la levée des restrictions de voyage", selon un communiqué publié lundi.

Déconfinement et retour à l’école : l’incompréhension de la fédération...

Le déconfinement en Polynésie annoncé au 21 mai, et la reprise des cours le 4 juin après tant de précautions prises pour préserver la santé des écoliers n’a pas manqué de faire réagir la fédération des parents d’élèves.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV