mardi 20 avril 2021
A VOIR

|

Canada : 250 000 litres de pétrole rejetés accidentellement en mer

Publié le

Publié le 19/11/2018 à 10:41 - Mise à jour le 19/11/2018 à 10:41
Lecture 2 minutes

Le déversement s’est produit vendredi après « une perte de pression sur une conduite sous-marine » reliant la plateforme South White Rose et le pétrolier Sea Rose du groupe Husky Energy, à 350 km au sud-est de Saint-Jean de Terre-Neuve, selon un communiqué du régulateur gouvernemental de l’industrie. « Aucun signe visible d’éclat » à la surface de l’océan, autrement dit de marée noire, n’a été constaté lundi par un avion qui a survolé la zone, a indiqué dans une série de tweets le régulateur du secteur, l’Office Canada-Terre-Neuve des hydrocarbures extra-côtiers (CNLOPB).

Les observations aériennes et marines « indiquent que le pétrole se disperse » et que depuis l’accident de vendredi, « aucune nouvelle trace d’hydrocarbure n’a été détectée à la surface de l’eau », a déclaré lundi soir à l’AFP le groupe canadien Husky Energy qui exploite la plateforme.

Quatorze oiseaux de mer « mazoutés » ont été observés, dont trois ont été transportés dans « un centre de désintoxication » ouvert lundi, selon ce producteur pétrolier canadien.

Un drone sous-marin a été déployé lundi pour inspecter les installations immergées de la plateforme South White Rose, en complément des observations menées en surface par un avion de surveillance et six navires. 

« Le sous-marin téléguidé n’a pas observé de pétrole à la source » de la fuite a confirmé à l’AFP une porte-parole du producteur pétrolier Husky Energy. « L’origine du déversement va faire l’objet d’une enquête approfondie », a-t-elle poursuivi.
L’accident s’est produit en pleine tempête et avait entraîné un arrêt de la production des quatre plateformes de forage au large de Terre-Neuve. La production a repris lundi sur l’une de ces plateformes, Hebron, du groupe ExxonMobil.

L’Office Canada Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers a confirmé qu’il s’agissait du plus important déversement pétrolier de l’histoire de la province canadienne.
 

Rédaction web avec AFP

infos coronavirus