fbpx
dimanche 23 février 2020
A VOIR

|

Brésil : en plus de zika, la grippe H1N1 se répand à quatre mois des JO

Publié le

Publié le 30/03/2016 à 11:35 - Mise à jour le 30/03/2016 à 11:35
Lecture 2 minutes

Cette épidémie de grippe de type A (H1N1) a causé 46 décès en moins de deux mois au Brésil, en particulier dans le sud-est du pays, soit dix de plus que pour toute l’année 2015, selon un rapport du ministère de la Santé.
 
À Rio de Janeiro, ville hôte des JO du 5 au 21 août prochains, un premier décès a été confirmé jeudi matin par les services de santé.
 
Jusqu’au 19 mars, 305 cas avaient été recensés sur l’ensemble du pays par les autorités, contre 141 pour toute l´année 2015.
 
La grande majorité, 260 cas dont 38 décès, ont été recensés dans la région de São Paulo (sud-est), poumon économique du géant émergent d’Amérique latine.
 
Des files d´attente de plus trois heures s’y forment devant certains hôpitaux pour l´obtention d´un vaccin. 
 
Mais l´épidémie a déjà gagné 11 États brésiliens, y compris dans le nord-est.
 
La campagne nationale de vaccination était prévue entre le 30 avril et le 20 mai. Mais le ministère de la Santé a autorisé l´État de São Paulo à administrer les surplus de 2015.
 
Le virus H1N1 n´est apparu ces dernières années au Brésil qu´entre les mois de mai et juillet, quand les températures sont plus fraiches. 
 
Cette année, l´épidémie a commencé en février, avant même la fin de l´été austral, prenant les autorités par surprise.
 
Les raisons de cette précocité demeurent inexpliquées. Mais la plupart des spécialistes estiment que le virus peut avoir été amené par des Brésiliens ayant voyagé dans l´hémisphère nord lors des premiers mois de l´année.
 
La grippe A (H1N1) est apparue en 2009, aux États-Unis et au Mexique. À l´époque, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait lancé une alerte de pandémie.  
 
Le virus avait tué 18.500 personnes dans 214 pays jusqu’en 2010 quand l’OMS avait levé son alerte.
 
Le Brésil est déjà depuis fin 2015 à l’épicentre d’une épidémie de virus zika, une maladie tropicale transmise par un moustique et similaire à la dengue.
 
Le virus zika est fortement soupçonné de provoquer des malformations congénitales graves (microcéphalies) chez les nouveaux-nés dont les mères ont été contaminées pendant la grossesse.
 
Plus d’1,5 millions de Brésiliens ont déjà été contaminé et le virus s’est répandu dans de nombreux pays d’Amérique latine.
 
Les services de santé brésiliens estiment qu’il aura pratiquement totalement disparu à l’époque des JO, en raison des températures plus fraîches qui éradiquent les moustiques vecteurs de sa transmission pendant l’hiver austral.
 
lg/pal/lpt

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X