fbpx
jeudi 21 novembre 2019
A VOIR

|

Bahamas : une marée noire, l’autre malédiction de l’ouragan Dorian

Publié le

L'odeur du pétrole empeste l'air, les champs sont maculés d'une boue noire : une semaine après les dévastations de l'ouragan Dorian, l'île de Grand Bahama est confrontée à une marée noire qui complique davantage les efforts de reconstruction.

Publié le 12/09/2019 à 11:50 - Mise à jour le 12/09/2019 à 12:26
Lecture 2 minutes

L'odeur du pétrole empeste l'air, les champs sont maculés d'une boue noire : une semaine après les dévastations de l'ouragan Dorian, l'île de Grand Bahama est confrontée à une marée noire qui complique davantage les efforts de reconstruction.

Au cataclysme climatique s’est ajouté une catastrophe environnementale quand les vents violents se sont abattus sur le dépôt pétrolier de la société norvégienne Equinor, situé à six kilomètres à l’est du village de High Rock. Une partie des toits en aluminium de cinq des dix cuves du terminal se sont envolés et deux de ces cuves ont été transpercées, laissant s’échapper le pétrole, a indiqué à l’AFP Erik Haaland, un porte-parole de Equinor.

Le pétrole “est mortel, mortel”, martèle à l’AFP Marco Roberts, 38 ans, un masque à la main. “La pollution rentre” dans le sol, polluant la nappe phréatique et “on ne peut plus utiliser l’eau pour se laver ou la boire”, ajoute-t-il. Il évoque un “poison” en rappelant que du pétrole s’est déjà infiltré dans le sol, mélangé à la pluie qui est tombée la veille.

Entre les décombres de ce qu’étaient leurs maisons, une dizaine d’habitants du village de High Rock, sur la côte sud de cette île des Bahamas, ont monté une tente sous laquelle ils partagent l’aide d’urgence venue de Nassau.

50 morts, 2 500 personnes à localiser

L’ouragan a fait au moins 50 morts, et les autorités cherchent encore à localiser 2 500 personnes. Il a détruit les maisons et les vagues ont inondé le petit cimetière, ramenant à la surface plusieurs cercueils. Les champs alentours sont aussi gorgés d’eau salée.

Marco Roberts demande que les autorités des Bahamas évacuent toute la partie est de l’île ou qu’ils engagent des moyens pour empêcher le pétrole de se répandre. “Tout le monde sait ce qui se passe et nous avons besoin d’aide”, supplie-t-il.

Le groupe pétrolier a assuré dans un communiqué qu’il “nettoiera la marée noire”. Des employés sécurisent la zone “mais la situation est complexe et difficile, les dégâts sur l’infrastructure ralentissant les secours” a-t-il souligné.

Deux navires transportant du matériel de dépollution sont en route depuis la Louisiane a ajouté la compagnie.

Près de son terminal pétrolier de South Riding Point, la terre est recouverte d’une pâte noire et visqueuse, et l’air est empli de l’odeur entêtante du combustible.

Les parois des cuves sont couvertes du pétrole qui s’est déversé sur le sol. L’étendue de la pollution est toujours inconnue, et on ne sait pas si le pétrole a atteint les eaux de l’océan Atlantique.

“Pas aussi idiots”

Sur la plage à proximité, Joseph Darville cherche à savoir si le pétrole a atteint la mer. Les eaux ont retrouvé leur calme et leur couleur turquoise intense, mais le paysage paradisiaque est gâché par la végétation endommagée et les débris laissés par l’ouragan de catégorie 5. Ce militant de l’ONG écologiste Waterkeepers Bahamas s’était farouchement opposé à la construction de ce terminal, sur une côte où les habitants sont dépendants du tourisme, de la pêche et où la nappe phréatique n’est qu’à un mètre sous la surface.

Les poissons qui nagent près de la plage sont un bon signe, pour le moment, dit-il. Ils viennent de la “magnifique barrière de corail”, à cinq kilomètres de la côte, peuplée de vivaneaux, mérous, bananes de mer et autres homards, une industrie qui pèse 7 milliards de dollars selon lui.

La marée noire “est un signe pour que nous ne soyons pas aussi idiots dans l’avenir”, conclut-il.

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Congrès des maires de France : une journée dédiée...

La mutualité c’était l’espace du congrès des maires dans les années 50… Aujourd’hui, les têtes ont changé évidemment mais depuis plusieurs années,...

La COSAC veut différer les élections des représentants du...

La Confédération Syndicale des Agents Communaux, la COSAC, était ce matin devant les portes du Haut-commissariat. Elle demande à différer les élections des représentants du personnel communal dans les commissions administratives paritaires.

Te mau fe’e iti : des pieuvres au crochet...

Par réflexe, les nouveaux nés prématurés ont tendance à s’agripper aux sondes et tuyaux qui les entourent et à les arracher. Le problème...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X