mercredi 27 mai 2020
A VOIR

|

Australie : la Grande Barrière vient de vivre son pire épisode de blanchissement de coraux (étude)

Publié le

La Grande Barrière de corail a vécu au cours de l'été austral qui vient de s'achever son plus grave épisode de blanchissement de coraux, un phénomène dû au réchauffement climatique qui menace la survie même de ce joyau australien classé au Patrimoine mondial, ont annoncé mardi des chercheurs.

Publié le 07/04/2020 à 10:25 - Mise à jour le 07/04/2020 à 11:01
Lecture 2 minutes

La Grande Barrière de corail a vécu au cours de l'été austral qui vient de s'achever son plus grave épisode de blanchissement de coraux, un phénomène dû au réchauffement climatique qui menace la survie même de ce joyau australien classé au Patrimoine mondial, ont annoncé mardi des chercheurs.

Le professeur Terry Hughes, de l’Université James Cook, basée à Townsville, dans l’État du Queensland (nord-est) a annoncé au terme d’une vaste étude conduite le mois dernier que l’ensemble qui s’étend sur 2 300 km avait en raison de températures de l’eau record, connu un nouvel épisode de blanchissement, le troisième en cinq ans.

Le blanchissement est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration. Il est dû à la hausse de la température de l’eau, celle-ci entraînant l’expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur et ses nutriments.

Les récifs peuvent s’en remettre si l’eau refroidit, mais ils peuvent aussi mourir si le phénomène persiste.

« Nous avons passé en revue 1 036 récifs depuis les airs au cours de la deuxième quinzaine de mars pour mesurer l’importance et la gravité du blanchissement des coraux sur toute la Grande Barrière de corail », a déclaré M. Hughes. « Pour la première fois, des phénomènes graves de blanchissement ont été observés dans les trois grandes régions de la Grande Barrière, le nord, le centre et d’importantes portions du secteur sud. »

La température de l’eau dans la région de la Grande Barrière a été en février la plus élevée depuis le début des relevés en 1900.

La Grande Barrière, inscrite au patrimoine de l’Humanité depuis 1981, est une importante source de revenus pour le secteur touristique australien. L’ensemble de 345 000 kilomètres carrés avait évité de justesse en 2015 d’être placé par l’Unesco sur sa liste des sites en péril.

La Barrière est aussi menacée par les ruissellements agricoles, par le développement économique et par l’acanthaster pourpre, une étoile de mer dévoreuse de coraux.

Le nord de cet écosystème avait déjà subi en 2016 et 2017 deux épisodes sans précédent de blanchissement de ses coraux et l’Australie avait revu l’an dernier les perspectives de cet ensemble, les considérant désormais comme « très mauvaises ».

Le gouvernement conservateur de Scott Morrison est accusé de traîner les pieds dans la lutte contre le réchauffement climatique pour ne pas sacrifier la lucrative industrie du charbon qui emploie des milliers d’Australiens.

Le premier épisode de blanchissement des coraux avait été observé sur la Grande Barrière en 1998. Mais la hausse continue des températures provoquée par le réchauffement climatique a augmenté la fréquence de la survenue de ce phénomène dévastateur.

Morgan Pratchett, professeur à l’Université James Cook, a précisé qu’après ces reconnaissances aériennes, des études sous-marines seraient conduites pour évaluer la santé des récifs.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Femme mordue par un requin : le shark feeding...

L'attaque de requin qui se serait produite la semaine dernière au lieu-dit de la "Vallée Blanche" aurait pu passer inaperçu si la victime n’avait porté plainte. D’autant que l’accident se serait produit lors d’une session de shark fFeeding, une pratique absolument interdite au fenua.

Echos de plan social à l’Intercontinental Moorea

Les oreilles des syndicats sifflent depuis quelques jours. Invités par la direction de l'Intercontinental Moorea à un comité d'entreprise mercredi après-midi, ils...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV