fbpx
mercredi 26 février 2020
A VOIR

|

Australie : des espèces menacées durement frappées par le feu

Publié le

Les feux en Australie ont brûlé plus de la moitié de l'habitat connu de 100 plantes et animaux menacés, dont 32 espèces en danger critique d'extinction, a annoncé lundi le gouvernement.

Publié le 20/01/2020 à 11:24 - Mise à jour le 20/01/2020 à 14:47
Lecture 3 minutes

Les feux en Australie ont brûlé plus de la moitié de l'habitat connu de 100 plantes et animaux menacés, dont 32 espèces en danger critique d'extinction, a annoncé lundi le gouvernement.

Plus d’un milliard d’animaux ont péri dans la vague sans précédent d’incendies qui a ravagé l’est et le sud de l’île pendant des mois, brûlant une étendue plus grande que celle du Portugal.

Un bilan précis pour la faune et la flore ne sera établi que dans plusieurs semaines, car il reste des feux et certaines zones brûlées sont encore trop dangereuses à explorer, selon les autorités. Mais le ministère de l’Environnement et de l’Énergie a d’ores et déjà publié une liste préliminaire des espèces menacées de plantes, animaux et insectes qui ont perdu plus de 10% de leur habitat répertorié.

Plus de 80% des habitats connus ou probables de 49 espèces ont subi les flammes, tandis que 65 autres espèces ont vu 50 à 80% de leurs aires de peuplement affectées.

“Certaines espèces sont plus vulnérables au feu que d’autres et certaines zones ont été plus gravement brûlées que d’autres, donc une analyse plus approfondie sera nécessaire avant de pouvoir évaluer pleinement l’incidence des incendies sur le terrain”, a déclaré Sally Box, commissaire aux Espèces menacées.

Les espèces menacées victimes des incendies comprenaient 272 plantes, 16 mammifères, 14 grenouilles, neuf oiseaux, sept reptiles, quatre insectes, quatre poissons et une araignée, a indiqué le ministère.

Sur les 32 espèces en danger critique d’extinction touchées par les incendies, la plupart étaient des plantes, et il y avait également des grenouilles, des tortues et trois types d’oiseaux, a-t-on ajouté de même source.

L’ornithorynque sous forte pression à cause du climat

Les sécheresses et autres manifestations du réchauffement climatique exercent en Australie une pression de plus en plus forte sur la population d’ornithorynques, au point de les pousser vers l’extinction, avertissent des chercheurs dans une étude publiée lundi.

Ce mammifère unique a déjà disparu de 40% de son habitat historique dans l’est de l’Australie en raison de sécheresses, de l’aménagement du territoire, de la pollution ou encore de la construction de barrages qui fragmentent ses lieux d’habitation, selon ces scientifiques du Centre pour les sciences de l’écosystème de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud (UNSW).

Ils estiment que, si les menaces actuelles se maintiennent, les populations d’ornithorynques pourraient s’effondrer de 47 à 66% au cours des 50 prochaines années. En prenant en compte la dégradation des conditions climatiques liée au réchauffement, les populations pourraient même avoir baissé de 73% en 2070.

L’ornithorynque est actuellement considéré par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme une espèce “quasi menacée”.

(Crédit : Wikipedia : Klaus — FlickrWild Platypus 4)

Mais les chercheurs de l’UNSW estiment que la dégradation de l’état des cours d’eau liée à la baisse des précipitations et aux vagues de chaleur assombrit l’horizon pour l’espèce. “Ces dangers exposent l’ornithorynque à des extinctions localisées, car ils seront incapables de repeupler certaines régions”, a expliqué Gilad Bino, principal auteur de l’étude.

Il est selon les chercheurs “urgent” de mener une étude nationale des risques pesant sur la population de ces mammifères pour évaluer si l’espèce doit être considérée comme “vulnérable” et s’il faut mettre en place des stratégies de protection pour “minimiser les risques d’extinction”.

L’étude estime que la population totale a chuté de 50% depuis la colonisation de l’île par les Européens il y a deux siècles. Une précédente étude publiée en novembre 2018 faisait état d’une baisse de 30% sur cette période, et estimait la population à 200.000 individus. Cette étude est publiée au moment où le pays est confronté à de très graves feux de forêt, liés à la sécheresse et aux vagues de chaleur, qui ont déjà réduit en cendres une étendue plus grande que le Portugal.

Animal nocturne, farouche, l’ornithorynque, un des rares mammifères qui pond des oeufs, ne se rencontre plus aujourd’hui que dans l’est de l’Australie. Il se nourrit de vers, d’insectes et de petits crustacés.

Pourvu d’une gueule en bec de canard, d’une épaisse fourrure, de pattes et d’une queue semblables à celles du castor, il est inoffensif à ceci près que les pattes des mâles adultes sont recouvertes d’aiguillons dont le venin paralysant peut être très douloureux pour l’homme.

Sur le plan humain, la crise des feux de forêts a fait 28 morts. Ils ont détruit de vastes superficies de forêts vierges, décimé du bétail dans les fermes et détruit quelque 2 000 maisons.

SourceAFP

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Abracadabra ! Ils apprennent la magie

La magie fascine les enfants, qui aiment apprendre des tours faciles à reproduire en famille ou avec leurs amis. C’est ce qu’ont fait cette semaine 5 apprentis âgés de 6 à 16 ans avec le magicien Will Spade.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X