vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Attentats en métropole : plus de 140 morts

Publié le

Publié le 12/11/2015 à 14:08 - Mise à jour le 12/11/2015 à 14:08
Lecture 2 minutes

Quatre fusillades ont eu lieu ce vendredi à Paris faisant plusieurs morts et blessés. La plus importante s’est produite au Bataclan. Une centaine de personnes auraient été tuées et 3 terroristes abattus.
La préfecture a mis en place un couvre-feu. Aucun habitant de Paris n’est autorisé à sortir de chez lui.

Au moins deux déflagrations ont également été entendues près du Stade de France où se jouait le match France/Allemagne. Il s’agirait de deux kamikazes. François Hollande, qui assistait au match, a été rapidement exfiltré. 

Peu après, le président de la République s’est exprimé dans une allocution télévisée. Le chef de l’État a décrété l’état d’urgence et a annoncé la fermeture des frontières. Un conseil des ministres extraordinaire s’est tenu. 
La piste privilégiée est celle des djihadistes. Un suspect arrêté aurait déclaré « I’m From ISIS (État islamique en anglais, NDLR). »

Au fenua, le président Édouard Fritch a exprimé son soutien. Il a contacté le président de la République ainsi que le Premier ministre. De nombreux Polynésiens vivent à Paris. Plusieurs manifestations ont dû être annulées. 
Vaimiti Teiefitu, Miss Tahiti 2015 partie mardi en métropole, a tenu à rassurer les Polynésiens : elle va bien. 
Un dispositif a été mis en place sur Facebook, Safetycheck,  permet aux personnes présentent sur les lieux ou à proximité des attaques de signaler à leurs contacts Facebook qu’ils sont en sécurité. Peu après la création de la page, beaucoup d’étudiants polynésiens ont signifié être en sécurité.  
 

Rédaction Web

 

ATTENTION ! PLUS D’INFOS ET LES CHIFFRES ACTUALISES EN CLIQUANT ICI

infos coronavirus

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.