vendredi 5 juin 2020
A VOIR

|

Typhon au Japon : des Tahitiens en voyage bloqués à Narita

Publié le

Des passagers bloqués à Narita suite au passage d'un puissant typhon, ont raconté leur mésaventure à TNTV...

Publié le 09/09/2019 à 15:10 - Mise à jour le 10/09/2019 à 9:36
Lecture < 1 min.

Des passagers bloqués à Narita suite au passage d'un puissant typhon, ont raconté leur mésaventure à TNTV...

Un puissant typhon s’est abattu ce week-end sur Tokyo. Les moyens de transports ont été interrompus, provoquant inévitablement des retards de vols.

Un de nos internautes raconte ce lundi : « Nous sommes une trentaine de Polynésiens bloqués en transit à Narita au Japon depuis le 9 septembre (heure de Narita, NDLR), n’ayant aucune info concernant notre correspondance sur la Thaïlande où nous devons assister à une convention internationale sur l’environnement (…) De nombreux vols internationaux ont étés décalés voire complètement annulés, ce qui a été le cas pour nous ! Nous nous retrouvons piégés dans une attente sans fin, sans assistance au niveau de l’aéroport de Narita. Nous avons été obligés de dormir sur place. »

Selon ce passager, « la compagnie au Tiare reste injoignable, nous voilà impuissants (…) Nous avons été invités à basculer sur un autre vol, payant, ou à prendre un bus voire des taxis à nos propres frais ! Un cauchemar pour nous qui ne connaissons pas ce pays. »

La ministre du Tourisme Nicole Bouteau faisait partie de ce voyage.

Gros mais alors gros gros PCF ! Bien arrivés à Narita… juste après un Typhon qui paralyse le trafic routier,…

Posted by Nicole Bouteau on Monday, September 9, 2019

Contactée, la compagnie confirme qu’il y a eu des retards de vol. Ce lundi, le vol prévu à 17h40 au départ de Narita a décollé avec une heure de retard pour arriver aujourd’hui à 11h05. Seulement la moitié des passagers avaient pu embarquer. L’avion les a attendu jusqu’au dernier moment.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

« We are Green » : un événement pour consommer local au centre...

L'association de la Plazza basse du centre Vaima en partenariat avec la fédération des horticulteurs Hei Tini Rau et la MFREO de Taharuu – Papara organise son premier événement "We are Green" ce samedi 30 mai de 8 heures à 13 heures au centre Vaima, à Papeete.

Un arbre planté pour chaque enfant né : l’ambition d’une...

Un bout de terre pour faire pousser des arbres et perpétuer la tradition du "pū fenua". À Paea, l’association "Un enfant un arbre un corail" souhaite offrir un arbre aux parents de nouveaux-nés. Depuis un peu plus d’un an, les plants grandissent et l’objectif est d’augmenter la production.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV