samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Après la Polynésie, le MMA légalisé en métropole

Publié le

La ministre des Sports en métropole, Roxana Maracineanu, a choisi de déléguer l'organisation de la pratique des arts martiaux mixtes (MMA) à la fédération française de boxe pour légaliser cette discipline en France, a annoncé mardi le ministère dans un communiqué.

Publié le 21/01/2020 à 9:35 - Mise à jour le 22/01/2020 à 10:51
Lecture < 1 min.

La ministre des Sports en métropole, Roxana Maracineanu, a choisi de déléguer l'organisation de la pratique des arts martiaux mixtes (MMA) à la fédération française de boxe pour légaliser cette discipline en France, a annoncé mardi le ministère dans un communiqué.

« Après avoir recueilli et exploité les différentes informations issues de (la) phase d’instruction, la ministre des Sports envisage d’accorder par arrêté ministériel la délégation de la discipline du MMA à la fédération française de boxe », indique le ministère des Sports.

Comme le veut le code du sport, la ministre a demandé l’avis consultatif du comité olympique français (Cnosf), qui sera rendu dans les prochaines semaines, a précisé le ministère à l’AFP.

Après cet avis, « la ministre des Sports annoncera la fédération délégataire choisie pour accueillir le MMA pour une durée d’un an » puis une « nouvelle campagne de délégation débutera fin 2020 après les Jeux (olympiques) de Tokyo pour la période 2021-2024″, indique le ministère.

La France était l’un des derniers pays à interdire officiellement cette discipline à l’image sulfureuse, qui permet coups de pied, poing, genou et coude, ainsi que coups au sol, étranglements et clés à l’intérieur d’une enceinte fermée.

Mais sa pratique existe de fait dans de nombreux clubs en France et le MMA, rendu populaire par les combats de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), compterait entre 30 000 et 50 000 pratiquants dans l’hexagone.

La délégation représente un pactole d’adhérents pour la fédération choisie.

En juin 2019, le ministère avait lancé un appel à manifestation d’intérêt et six fédérations avaient été acceptées dans la course : outre la boxe, figuraient le karaté, le kickboxing-muay-thaï, la lutte, la savate-boxe française et la fédération sportive et gymnique du travail (FSGT).

Pour plusieurs observateurs, la fédération française de lutte apparaissait favorite, mais elle avait pour handicap de connaître des difficultés financières.

En Polynésie, le MMA est légalisé depuis le 27 décembre dernier. La Fédération de lutte a reçu une délégation de service public pour encadrer la pratique de cette discipline.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : r[email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV