mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

A Nouméa, des passionnés veulent repartir sur les traces de La Pérouse après une nouvelle piste

Publié le

Publié le 31/08/2017 à 9:16 - Mise à jour le 31/08/2017 à 9:16
Lecture 2 minutes

Dans un article publié mardi dans The Journal of Pacific History, un anthropologue australien, Garrick Hitchcock, avance que des rescapés des deux frégates françaises disparues dans les îles Salomon il y a 229 ans, auraient fait naufrage une nouvelle fois, cette fois dans le détroit de Torrès, entre la Nouvelle-Guinée et l’Australie.
« Je suis tout à fait d’accord avec cette piste, elle relance l’affaire de manière extraordinaire et j’espère que la France et l’Australie vont monter une expédition pour la creuser », a déclaré à l’AFP Raymond Proner, vice-président de l’association Salomon.    

Depuis sa création en 1981 à Nouméa, cette association a accompli un travail colossal pour tenter d’éclaircir ce qui est l’un des plus grands mystères de l’histoire maritime.
Elle a notamment été à l’origine de huit missions de fouille à Vanikoro, île des Salomon dans le Pacifique Sud, au large de laquelle se trouvent les épaves des deux frégates de La Pérouse, La Boussole et L’Astrolabe, qui ont engendré plusieurs livres, documentaires et expositions.  

Jean-Francois de Galaup de La Pérouse et 220 membres d’équipage, dont de nombreux scientifiques de renom, ont quitté Brest le 1er août 1785. 
Ils ont disparu après un dernier message le 10 mars 1788, envoyé de Botany Bay, dans le sud-est de la Nouvelle-Hollande (actuelle Australie).   
Les épaves des frégates seront localisées en 1827, au large de Vanikoro. Si les récits recueillis alors auprès des habitants de l’île, et les recherches archéologiques laissent penser que des rescapés sont partis à bord d’un bateau de secours, leur destinée est toujours restée une énigme.

M. Hitchcock appuie sa thèse sur le récit en 1818 d’un marin indien, qui vécut quatre ans sur Murray,  île du détroit de Torrès, et qui apprit auprès des indigènes qu’un « bateau était venu se briser 30 ans plus tôt ».  
Selon ce récit, tous les membres de l’équipage de ce bateau furent ensuite tués dans des combats, à l’exception d’un mousse qui pourrait être un certain François Mordelle, originaire de Tréguier en Bretagne.    
« Il était âgé de moins de 20 ans et il semble qu’à l’époque dans ces îles, les très jeunes hommes étaient épargnés par les massacres », a déclaré Raymond Proner.  
« Garrick Hitchcock, avec qui je suis en contact, a fait des recherches au bon endroit notamment en Inde. Nous savions qu’un bateau de secours avait été construit mais nous n’avions que des pistes incertaines sur sa destination », a-t-il ajouté. 

L’association Salomon espère que des fouilles archéologiques pourront être organisées sur les récifs autour de Murray.
« Il faudra des moyens techniques importants car c’était un petit bateau tout en bois et il a passé plus de deux siècles dans l’eau », a souligné Philippe Houdret, membre de l’association Salomon.
 

AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La condamnation de Putai Taae confirmée en appel pour...

L'ancien maire de Papara, Putai Taae, a été condamné ce jeudi par la Cour d'appel à 500 000 Fcfp d'amende et 100 000 Fcfp de dommages et intérêts, pour avoir diffamé la directrice des services de sa commune, Christelle Lecomte.

Plus de 2 500 visiteurs pour la réouverture du...

Soulagement et sourire aux lèvres pour les agriculteurs qui ont fait leur retour au marché du dimanche matin à Papeete, mais également pour le public qui était au rendez-vous, après plus de deux mois d'absence, lié au confinement.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV