dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

A l’aéroport de la Guadeloupe, le “soulagement” et le “choc” des rescapés

Publié le

Publié le 09/09/2017 à 11:59 - Mise à jour le 09/09/2017 à 11:59
Lecture 2 minutes

Douze avions ont permis d’évacuer sur l’aéroport Pôle Caraïbe deux à trois fois plus de personnes que les jours précédents, selon Nicolas Beaumont, délégué communication de la Croix Rouge Française.

Dans le hangar qui accueille le Centre d’accueil des impliqués (CAI) de la Croix Rouge, des centaines d’hommes, femmes, enfants, personnes âgées, parfois très choqués. 

Sur des lits de camp, debout ou assis à même le sol, ils font d’abord la queue pour donner leur identité, puis reçoivent à boire, une collation, un mot de soutien. 

Derrière son bureau, Jocelyne, infirmière anesthésiste, note les noms: “on recense tous les arrivants”. Il se s’agit pas d’un “rôle de contrôle mais plutôt de facilitation dans le cas où il y aurait besoin de retrouver un proche”, précise M. Beaumont.

Parmi les rescapés, Fred, 43 ans, habitait St-Martin “depuis 2 ans”. Assise à même le sol, elle mange un sandwich. Elle a été rapatriée avec sa famille. “J’ai la chance et la malchance d’avoir une polyarthrite rhumatoïde. On n’a plus rien à craindre”, dit-elle, épuisée mais soulagée. 

Encore marquée par le “bruit du vent” et “des odeurs de cadavres d’animaux ou d’humains, on ne sait pas”, elle raconte : “là où on sent le soulagement, c’est quand on décolle de Saint-Martin parce qu’on se dit qu’on quitte cette zone de chaos et qu’on n’aura plus à se retourner pour savoir si quelqu’un va vouloir piquer mes affaires, porter atteinte à ma famille et à ma vie”. 

Avec pour seuls bagages “trois sacs à dos”, Fred et sa famille attendent de pouvoir rentrer dans leur ville d’origine, Annecy, pour tout recommencer à zéro.

Un peu plus loin, Andrée, 28 ans, avec sa fille de 19 mois dans les bras “ne sait pas où on va dormir ce soir. Je ne connais personne en Guadeloupe mais peu importe. S’il faut attendre trois jours j’attendrai trois jours”.  Cette résidente de Saint-Martin avait été évacuée de Baie Nettlé avant l’ouragan Irma. Là bas, “tout a été rasé”. Elle attend maintenant son mari, resté là bas.

A la sortie du hangar, deux femmes font demi-tour et retournent vers le hall d’arrivée de l’aéroport : “on venait voir si nos proches n’étaient pas dans cet avion, mais non ils ne sont pas là”. Elles vont attendre l’arrivée du prochain vol, en espérant, enfin, apercevoir un visage connu.

Parmi les tout derniers arrivants, Natasha, 28 ans, porte sa fille de 5 jours contre son coeur. Les larmes aux yeux, elle se souvient de “l’hygiène déplorable après l’accouchement”, sans “rien de stérilisé pour le bébé car il n’y avait pas d’eau”. 

Cette habitante de Saint-Barth avait été transférée à l’hôpital de Saint-Martin en vue de la naissance, survenue juste avant le passage de l’ouragan. Si elle a pu allaiter son nourrisson, “il n’y avait pas assez de lait alors le bébé a perdu trop de poids”. D’emblée, elle pense à ceux qui sont restés:  “il faut aller aider les gens qui sont restés là bas !”

 

AFP

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

Vaimua Muliava : “Le numérique, c’est la nouvelle pirogue...

Vaimua Muliava, membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie est actuellement en visite au fenua dans le cadre du Digital festival Tahiti qui se tient à la Présidence depuis le 16 octobre et qui se termine ce samed

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X