A VOIR

|

500 cétacés échoués en Nouvelle-Zélande

Publié le

Quelques semaines après un échouage de masse en Australie, environ 500 dauphins-pilotes ont trouvé la mort en s'échouant sur les îles de Chatham et de Pitt en Nouvelle-Zélande, où le risque d'attaques de requins rend les tentatives de remise à l'eau trop dangereuses.

Publié le 08/10/2022 à 12:18 - Mise à jour le 11/10/2022 à 10:25
Lecture < 1 min.

Quelques semaines après un échouage de masse en Australie, environ 500 dauphins-pilotes ont trouvé la mort en s'échouant sur les îles de Chatham et de Pitt en Nouvelle-Zélande, où le risque d'attaques de requins rend les tentatives de remise à l'eau trop dangereuses.

250 cétacés se sont échoués vendredi sur l’île de Chatham, et 250 autres sur l’île de Pitt le mardi suivant, a rapporté le ministère de la Conservation de Nouvelle-Zélande.

“Nous ne remettons pas les dauphins-pilotes activement à l’eau en raison du risque d’attaques de requins pour les humains et les (cétacés) eux-mêmes”, a-t-il expliqué dans un communiqué.

Le ministère a ajouté qu’une équipe spécialisée a euthanasié les animaux qui avaient survécu pour leur épargner des souffrances supplémentaires.

“Tous les dauphins-pilotes échoués sont maintenant morts et leurs corps seront abandonnés pour se décomposer naturellement sur place”, a précisé le ministère de la Conservation.

Lire aussi : En Australie, 230 cétacés s’échouent sur une plage, seuls 35 encore en vie

Selon lui, de tels échouages ne sont “pas inhabituels” dans l’archipel des îles Chatham, situé à l’est de l’île du Sud – l’une des deux plus grandes îles de la Nouvelle-Zélande. Le ministère a mentionné que l’échouage le plus important parmi ceux répertoriés a été observé en 1918, avec 1.000 cétacés.

Il y a un peu plus de deux semaines, environ 200 dauphins-pilotes ont péri sur une plage de Tasmanie, en Australie. 44 mammifères avaient pu être remis à l’eau.

Les causes de ces importants échouages ne sont pas totalement connues. Des chercheurs ont suggéré qu’ils pourraient être causés par des groupes de cétacés qui s’égareraient après s’être nourris trop près de la côte.

Ces globicéphales – l’autre nom des dauphins-pilotes – qui peuvent mesurer jusqu’à six mètres, étant des animaux très sociables, ils peuvent suivre les membres de leur groupe qui s’égarent et se retrouvent en danger.

En Nouvelle-Zélande, environ 300 animaux s’échouent chaque année selon les données officielles.