mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

11 300 étudiants ultramarins en attente de rentrer chez eux

Publié le

Quelque 11 300 étudiants ultramarins bloqués en métropole depuis le début du confinement ont été recensés comme souhaitant regagner leurs territoires, a annoncé jeudi la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, précisant que des "quatorzaines" avaient commencé pour ces derniers en métropole avant qu'ils puissent embarquer.

Publié le 14/05/2020 à 10:33 - Mise à jour le 14/05/2020 à 10:33
Lecture < 1 min.

Quelque 11 300 étudiants ultramarins bloqués en métropole depuis le début du confinement ont été recensés comme souhaitant regagner leurs territoires, a annoncé jeudi la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, précisant que des "quatorzaines" avaient commencé pour ces derniers en métropole avant qu'ils puissent embarquer.

Chaque année, environ 40 000 étudiants ultramarins viennent étudier en métropole. Certains avaient pu rentrer chez eux avant le début de confinement, mais d’autres avaient fait le choix de rester, pour des raisons financières, pour poursuivre leurs cours et leurs examens sans décalage horaire, ou pour ne pas contaminer leurs proches.

« 11 300 étudiants souhaitent rentrer », a expliqué la ministre, lors d’une audition devant la délégation aux Outre-mer du Sénat. 

Le gouvernement avait lancé mi-avril un recensement des étudiants concernés, afin « d’évaluer et d’organiser les besoins en termes de quarantaine des étudiants ultramarins en mobilité dans l’Hexagone dans la perspective de leur retour sur leur territoire ».

Retrouvez la carte indiquant l'état des liaisons aériennes entre les territoires d'outre-mer et l'Hexagone. La continuité territoriale continue d'être assurée.

Posted by Annick Girardin on Thursday, May 14, 2020


Le gouvernement avait alors expliqué que les quatorzaines obligatoires pour toute personne entrant en Outre-mer, pourraient avoir lieu soit lors de son arrivée sur le territoire, soit avant son départ à Paris. 

« Nous avons ouvert hier les premières quatorzaines à Paris », a expliqué la ministre, sans préciser pour quelle destination. « Des couloirs sanitaires » seront mis en place, jusqu’aux avions, qui seront soit des avions dédiés aux étudiants, soit des lignes classiques quand elle rouvriront.

La ministre a par ailleurs précisé que le gouvernement réfléchissait à « des tarifs étudiants » pour les billets d’avion.   

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV