vendredi 23 juillet 2021
A VOIR

|

Coup d’envoi pour le Festival Tahiti ti’a mai !

Publié le

En lieu et place du Heiva, le festival Tahiti ti’a mai sonne le retour des artistes sur les planches de To’atā

Publié le 30/06/2021 à 5:38 - Mise à jour le 01/07/2021 à 11:17
Lecture 6 minutes

En lieu et place du Heiva, le festival Tahiti ti’a mai sonne le retour des artistes sur les planches de To’atā

C’est avec un vibrant discours de Tearii Alpha, vice-président de la Polynésie Française, à la gloire de la culture polynésienne, qui tel le phénix se relevant, que débute l’inédite cérémonie d’ouverture d’un festival particulièrement attendu. Inédite car ce n’est pas un concours mais un ta’upiti, un festival sans compétition, ni notation, ni gain, exempt de toute polémique, bref le retour du plaisir et de la passion pour les artistes et donc aussi le public. Puis, les légendes se sont fait entendre, les danseurs ont pris place, les musiciens ont joué leurs premières notes et la magie a opéré. Un hommage aussi qui est rendu à l’aparima écrit par Coco Hotahota, « Tahiti ti’a mai » (Tahiti, lève-toi), après le passage dévastateur du cyclone Veena en 1983.

Une année singulière qui fête les 140 ans d’un festival hors du commun pour la région océanienne. C’est l’occasion de chanter, de danser, pour dire avant tout que nous sommes debout pour faire perdurer nos traditions malgré les aléas du moment.

Ce n’est pas moins de 300 personnes sur scène qui ont fait battre le coeur de To’atā à l’unisson. La première soirée de spectacle fût présentée par Tuiana Brodien et Moena Maiotui, toutes deux danseuses professionnelles de Ori Tahiti. 

Comme chaque année, les artisans accueillent le public avec un large choix de bijoux, de tifaifai colorés, de vêtement et objet artisanaux sur l’esplanade basse de To’atā. Un moyen pour le ministère de la culture et de la CCISM de soutenir les artisans dans leur art.

Revenus de la fête de l’autonomie, le représentant du Haussaire Dominique Saurin, la ministre du tourisme Nicole Bouteau et le vice-président de la Polynésie Tearii Alpha ont d’abord visité le village des artisans avant de se rendre dans les loges du festival et officier la cérémonie d’ouverture. L’occasion pour le représentant de l’état de découvrir la richesse de notre culture et la chaleur de l’accueil polynésien. La tradition du kava a permis de nouer des relations privilégiées avec tous ses membres et ses invités.

C’est également le moyen pour le prêtre de la cérémonie de communiquer avec les dieux et les « Tupuna » afin de bénir les festivités.

La rétrospectives des célébrations passées, la joie de revenir sur To’atā, le plaisir d’écouter les sonorités de notre culture et la transmission de ce savoir ancestral ont ému le public venu nombreux. 

Bien que ce festival remplace le Heiva cette année, l’objectif est de promouvoir les savoirs-faire culturels, regroupant les sports traditionnels, des animations, des ateliers et des démonstrations relevant de l’artisanat traditionnel. Différentes thématiques seront abordées tout au long du festival (voir le programme de la maison de la culture) comme le tifaifai, la vannerie, ou encore la création de bijoux en coquillages.

Texte : Victoire Sayeb Brotherson Photos : Stéphane Sayeb

infos coronavirus