jeudi 24 septembre 2020
A VOIR

|

Couvre-feu en Polynésie : recommandations aux armateurs

Publié le

Les pêcheurs professionnels, les employés des sociétés de mareyage et les équipages des armateurs à la pêche professionnelle (thoniers, etc.), ainsi que les employés et les équipages travaillant pour les compagnies maritimes desservant les îles, sont autorisés à se rendre sur leur lieu de travail, y compris durant la période du couvre-feu, à certaines conditions.

Publié le 28/03/2020 à 14:43 - Mise à jour le 28/03/2020 à 14:44
Lecture 2 minutes

Les pêcheurs professionnels, les employés des sociétés de mareyage et les équipages des armateurs à la pêche professionnelle (thoniers, etc.), ainsi que les employés et les équipages travaillant pour les compagnies maritimes desservant les îles, sont autorisés à se rendre sur leur lieu de travail, y compris durant la période du couvre-feu, à certaines conditions.

Le Haut-commissaire de la République, Dominique Sorain, et le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, ont annoncé vendredi un durcissement des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus dont notamment un prolongement du confinement et un couvre-feu de 20 heures à 5 heures du matin.

Ces mesures de confinement et de couvre-feu s’appliquent à tous, à l’exception des forces de l’ordre, des personnels médicaux et des personnes travaillant dans des secteurs autorisés.

La pêche, essentielle au ravitaillement alimentaire de la population en produits frais, ainsi que le transport maritime, indispensable à l’approvisionnement des îles, font partie des secteurs maritimes autorisés.

De fait, les pêcheurs professionnels, les employés des sociétés de mareyage et les équipages des armateurs à la pêche professionnelle (thoniers, etc.), ainsi que les employés et les équipages travaillant pour les compagnies maritimes desservant les îles, sont autorisés à se rendre sur leur lieu de travail, y compris durant la période du couvre-feu, aux conditions suivantes :
· Seules les personnes autorisées à travailler par leur employeur peuvent circuler sur la foi d’une attestation dérogatoire professionnelle signée de leur employeur, datée et tamponnée pour l’authentifier.
· Cette attestation dérogatoire est indispensable. Chaque personne doit l’avoir avec elle et se munir d’une pièce d’identité.
· Si l’employé est amené à se déplacer durant les heures du couvre-feu, les justificatifs de déplacements professionnels devront être complétés par l’employeur « en précisant la nécessité d’un déplacement professionnel entre 20 heures et 5 heures du matin ». Cette décision a été prise le Haut-commissaire pour bien distinguer le couvre-feu du simple confinement.
· Le pêcheur professionnel travaillant pour son compte devra se munir de l’autorisation dérogatoire sur l‘honneur, datée et signée par lui-même, et de sa carte professionnelle.
· À défaut de ces documents et de pouvoir justifier leur déplacement, les personnes qui seront contrôlées sont susceptibles d’être verbalisées.
· Les forces de l’ordre pourront effectuer des contrôles à différents endroits, de sorte que sur son trajet entre son lieu de travail et son domicile, l’employé pourra être contrôlé plusieurs fois.

La cellule de crise de la Polynésie française pour le Covid-19 rappelle en outre que les armateurs à la pêche professionnelle, ainsi que les compagnies maritimes desservant les îles, doivent veiller à informer et former aux gestes barrières les personnels et équipages travaillant pour assurer la continuité territoriale essentielle avec les îles. Il leur est également demandé de faire preuve de précaution dans leur famille, pour elle-même et pour leurs proches, afin de se prémunir et de préserver leur capacité d’action indispensable dans cette période de confinement prolongée et de couvre-feu.

infos coronavirus

Les cas contact à risque élevé en isolement désormais indemnisés

Les entrepreneurs individuels et les salariés identifiés par le Bureau de Veille Sanitaire comme "cas contacts à risque élevé", empêchés de travailler du fait de la recommandation de "quarantaine" de 7 jours et dont le télétravail n'est pas possible, vont pouvoir bénéficier d'une indemnisation.

Une aide financière de 450 millions de Fcfp accordée à Air Tahiti

Le Pays a accordé une aide financière d’un montant de 450 millions de Fcfp, pour compenser une partie du déficit global de la SA Air Tahiti qui permettra de préserver sa pérennité, de sauvegarder ses emplois et de désenclaver les archipels de la Polynésie française.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV