dimanche 28 novembre 2021
A VOIR

|

Heiva va’a mata’einaa: entre sport et traditions

Publié le

Près de 100 rameurs se sont rassemblés ce matin à Tehoro à Mataiea, afin de faire honneur après une année blanche au Heiva va'a mata'einaa. Un Heiva va'a qui s’apparente pour les Polynésiens à un championnat du monde de vitesse, sur des distances de demi-fond, soit 2500 et 3700 m.

Publié le 26/06/2021 à 22:46 - Mise à jour le 26/06/2021 à 22:46
Lecture 2 minutes

Près de 100 rameurs se sont rassemblés ce matin à Tehoro à Mataiea, afin de faire honneur après une année blanche au Heiva va'a mata'einaa. Un Heiva va'a qui s’apparente pour les Polynésiens à un championnat du monde de vitesse, sur des distances de demi-fond, soit 2500 et 3700 m.

Un grand nombre de clubs s’est présenté ce samedi matin à Tehoro pour la 1e journée e compétition du Heiva va’a Mata’einaa. Et comme Pirae va’a, ils ont en profité pour faire monter la jeune garde. Willy Puairau, l’entraineur des jeunes de Pirae est accompagné d’une trentaine de jeunes des catégories benjamin à junior: “l’avenir pour moi ce sont les jeunes, il faut qu’on forme les jeunes pour l’avenir. Il ne faut pas qu’on perde le heiva.”

Le club de Faanui vaa de Bora Bora lui s’est déplacé avec 38 jeunes rameurs. Des jeunes qui ont ravi la première place en V6 et V3 chez les garçons et filles des catégories benjamins, minimes, cadets et junior. Leur entraineur Jacques Hauatai voulait voir si ses équipes sont au niveau: “A Bora Bora, c’est une seule fois dans l’année” il a donc proposé aux jeunes de son club de venir se confronter aux équipes de Tahiti et ” il y a le potentiel” a-t-il affirmé.

La course reine, le V6 sénior homme est remporté sans surprise par Shell va’a, qui s’adjuge par ailleurs la deuxième place avec l’équipe B, suivi en 3e position de Mataiea va’a qui a tenu la dragée haute à l’équipe au coquillage durant toute la course.

Un outsider qui participait pour la première fois à ces courses du Heiva, a aussi fait son apparition cette année, le tout nouveau club de Tatutu va’a. Les détenus du pénitencier de Papeari n’ont pas démérité: “on a essayé de s’entrainer, malgré qu’on se soit entrainé tout seul… Mais aujourd’hui à la compétition, ce n’est pas pareil, il y a du monde. Il y a un peu de stress au départ mais ça s’est bien passé, on n’a pas chaviré, on n’est pas dernier, on est arrivé.”

16 courses ont eu lieu pour cette première journée du Heiva va’a Mata’einaa. La 2e journée ce dimanche, affiche 13 courses au total.

infos coronavirus