fbpx
jeudi 21 novembre 2019
A VOIR

|

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Publié le

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Publié le 19/09/2019 à 11:21 - Mise à jour le 19/09/2019 à 11:33
Lecture 3 minutes

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

La petite fourmi de feu est nuisible pour l’homme, la faune et la flore. Aujourd’hui à Mahinarama, 600 habitants sont touchés par ce fléau. En 2015, Laurent a vu apparaître dans sa propriété des colonies de petites fourmis de feu, qui vont même jusqu’à s’introduire dans sa maison, par les gaines électriques. “Il y en a partout. Tu t’assoies sur une chaise, il peut y avoir des fourmis de feu… A l’extérieur c’est insupportable. Dedans on arrive un peu à gérer mais à l’extérieur, on va traiter à un endroit, elles vont arriver de l’autre côté, on va traiter à l’Est, elles arrivent de l’Ouest…”, raconte Laurent Crosasso.

De couleur noire, les reines mesurent 4 millimètres. Les ouvrières sont de couleur orangée. Elles mesurent 1,5 millimètre et avancent lentement. Les nids des petites fourmis de feu se trouvent dans des endroits humides, dans le sol, sous des cailloux et dans les arbres. L’espèce est envahissante. “Le problème de la petite fourmi de feu en Polynésie c’est qu’elle atteint des densités qui deviennent phénoménales avec 80 reines et chacune de ces reines peut avoir jusqu’à 300 ouvrières. Donc ça fait des densités de fourmis qui sont terribles. Et puis la piqûre est violente, elle est très douloureuse et on peut avoir des choc anaphylactiques suite à ces piqûres donc il y a aussi beaucoup de problèmes pour l’homme”, explique Caroline Blanvillain.

Les animaux sont également exposés. Ils peuvent perdre la vue. En voulant protéger le monarque de Tahiti menacé par trois colonies sur 60 hectares à Te Maruata, l’association Manu s’est penché sur les moyens d’éradiquer la petite fourmi de feu. Deux méthodes ont été testée, la première, c’est l’épandage par drones en zone forestière. “S’il reste des fourmis au sommet des arbres, elles vont redescendre à un moment ou un autre pour contaminer le sol. C’est pour ça que la méthode par drone est avantageuse parce qu’on traite à partir du haut donc on commence par tuer les colonies forestières et après on arrive vers le sol.”

La deuxième méthode d’éradication de la petite fourmi de feu est le traitement au sol. Là aussi, le traitement, s’inscrit dans le temps comme l’explique Laurent Yan : “le traitement se fait une fois par mois pendant 12 mois. Ensuite on laisse 6 mois et on vient vérifier pour faire un premier bilan. On fait à 6 mois, 1 an, 1an et demi et 2 ans pour être sûr qu’on a éradiqué la petite fourmi de feu”.

La troisième méthode de lutte contre la petite fourmi de feu relève de la prévention. Il s’agit de sensibiliser la population aux comportements à risques, comme par exemple, ramasser des déchets verts, encombrants, plantes en pot ou de la terre, en provenance de zones infectées. “Il peut y avoir des palettes de bois, des bois flottants et même des cocos, énumère Matakoetoua, parce que tout ce qui est nourriture pour les fourmis, tout ce qui est bananiers, le végétal le plus à risque c’est le opui”.

“J’en ai jamais vu ici chez moi, assure Thérèse Wong Hien. Plus haut peut-être. Il n’y en a pas eu beaucoup. Ils ont traité à temps.” Enfin autre moyen de lutter contre la propagation de la petite fourmi de feu : s’informer sur le sujet. Le site de la direction de l’environnement offre de multiples informations à destination du public.

REPORTAGEThierry Teamo

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X