lundi 30 novembre 2020
A VOIR

|

Crise sanitaire : Montée de l’endettement des entreprises

Publié le

L’Institut d’Emission d’Outre-mer (IEOM) a publié, ce mardi, une note relative à l’impact « de la crise Covid-19 sur la situation financière des ménages et des entreprises ». Il en ressort que si, depuis mai, la vie économique a progressivement repris, les entreprises ont massivement eu recours à l’endettement.

Publié le 18/08/2020 à 9:23 - Mise à jour le 18/08/2020 à 10:23
Lecture 2 minutes

L’Institut d’Emission d’Outre-mer (IEOM) a publié, ce mardi, une note relative à l’impact « de la crise Covid-19 sur la situation financière des ménages et des entreprises ». Il en ressort que si, depuis mai, la vie économique a progressivement repris, les entreprises ont massivement eu recours à l’endettement.

Si la vie économique a progressivement repris avec la levée du confinement, c’est « quasiment en circuit fermé », souligne l’IEOM,  car «certaines activités, telles que le tourisme et les transports », tournent encore au ralenti à fin juin ».

En mai et juin, « les consommateurs ont accru leurs dépenses, mais modérément ». Et à la fin du mois de juin, la situation financière des ménages et des entreprises restait marquée par ces circonstances particulières.

« L’analyse des données transmises mensuellement par les établissements de crédit (…) montre :  une certaine normalisation pour les ménages, avec un surplus d’épargne bancaire de 1,1 milliard de F CFP et une reprise de leur encours de crédit (+1,2 milliard de F CFP) » mais aussi  « un gonflement conjoint des dépôts des entreprises (+9,6 milliards de F CFP) et de leur endettement (+10,1 milliards de F CFP) qui correspond au déblocage progressif des prêts garantis par l’État », constate l’IEOM .

« Le rebond de la consommation et de l’octroi de crédits se traduit », en outre, « par une légère baisse de l’épargne financière des ménages en juin, après trois mois d’accumulation (+12,9 milliards de F CFP entre mars et mai 2020). Toutefois, sur les six premiers mois de l’année, le surplus d’épargne atteint 15,9 milliards de F CFP (+7,6 milliards de F CFP au premier semestre 2019) », indique encore la note.

Pour ce qui est des entreprises : « La hausse des encours de crédits bancaires s’accélère significativement, +7,3 milliards de F CFP en mai, puis +10,1 en juin, bien au-delà des flux constatés sur les trois dernières années (+0,5 milliard de F CFP), dynamisée par la montée en puissance des PGE -Les prêts garantis par l’Etat ». « À fin juin, 550 ont été accordés depuis leur mise en place, pour un montant total de 26,6 milliards de F CFP », souligne l’Institut.

Mais « l’absence de visibilité des entreprises se répercute sur la production de crédits à l’équipement (…) L’endettement des entreprises tient donc principalement au besoin de couverture de leurs charges d’exploitation », conclut l’IEOM.

infos coronavirus