Caméras et renforts des forces de l’ordre pour assurer la sécurité des JO 2024

Publié le

La délégation conduite par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’est rendue, ce mercredi après-midi, à Vairao puis à Teahupo’o, le site qui accueillera l’épreuve de surf des prochains Jeux Olympiques. Elle a pu prendre connaissance des attentes des acteurs locaux et travailler sur les dispositifs de sécurité qui seront mis en œuvre pour l’évènement. Gérald Darmanin a annoncé un renfort de moyens de surveillance. 600 policiers et gendarmes seront mobilisés.

Publié le 17/08/2023 à 8:05 - Mise à jour le 17/08/2023 à 10:53

La délégation conduite par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’est rendue, ce mercredi après-midi, à Vairao puis à Teahupo’o, le site qui accueillera l’épreuve de surf des prochains Jeux Olympiques. Elle a pu prendre connaissance des attentes des acteurs locaux et travailler sur les dispositifs de sécurité qui seront mis en œuvre pour l’évènement. Gérald Darmanin a annoncé un renfort de moyens de surveillance. 600 policiers et gendarmes seront mobilisés.

Les petites communes du bout de la route de Tahiti iti seront dans un an sous les feux des projecteurs. Les attentes sont à la hauteur d’une ambition : être des partenaires incontournables de l’organisation de l’épreuve de surf des Jeux Olympiques 2024.

Taiarapu-Ouest accueillera les sportifs et leurs équipes, ainsi que les 200 représentants des médias internationaux. Le petit bout de paradis fera donc l’objet d’une surveillance attentive des forces de l’ordre.

« Votre visite témoigne de l’intérêt que porte la France pour la réussite de cet évènement sportif sans précédent. Permettez-moi de voir, ici, un geste amical pour unir nos peuples afin de coconstruire l’événement du siècle », a déclaré, lors de son discours, Tetuanui Hamblin, le maire de Tairarapu Ouest.

– PUBLICITE –

La manifestation profitera à l’économie locale et drainera beaucoup de monde à la Presqu’ile. Le ministre de l’Intérieur a donc annoncé un renforcement des moyens de sécurité.

« Il y aura 600 policiers et gendarmes qui seront mobilisés pendant la grosse dizaine de jours, entre les entraînements et la compétition officielle, l’été prochain. Avec, évidement, un accueil particulier à l’aéroport. C’est très important pour que tous ceux qui voudront venir en Polynésie puissent le faire dans d’excellentes conditions », a-t-il dit.

Sur le plan d’eau, la Marine nationale assurera également la surveillance du site, notamment des drones qui pourraient le survoler. C’est au pôle de recherches de l’Ifremer que sera installé le poste de commandement. Gérald Darmanin a également annoncé une enveloppe budgétaire supplémentaire pour permettre le déploiement de caméras de surveillance. Une bonne nouvelle pour la commune.

« Cela pourrait nous aider à voir les différents endroits où nous avons besoin de vérifier s’il n’y a pas de problème particulier », s’est félicité Tetuanui Hamblin.

Le ministre de l’Intérieur a également pu se rendre sur le spot de la vague mythique de Teahupo’o , en pleine compétition. L’occasion de voir les secouristes de la Water Patrol en action et de se faire une idée de la tour où prennent place les juges. Le ministre délégué aux Outre-mer a d’ailleurs annoncé une rallonge budgétaire pour ériger la nouvelle structure en aluminium.

« La ministre des Sports a décidé d’abonder très largement financièrement pour que cette tour des juges soit totalement rénovée. Elle sera en aluminium, parfaitement moderne, et correspondra à tous les besoins (…) Ce n’est pas un petit investissement. On a démarré à 1,5 million d’euros -environ 180 millions de francs, Ndlr- et on termine à 2,7 millions -environ 324 millions de francs, Ndlr-. L’État sera là. On vient avec un financement que nous avons décidé pas plus tard qu’hier, de 628 000 euros – environ 75 millions de francs, Ndlr- », a annoncé Philippe Vigier.

Enfin, la ministre des Sports a rappelé l’importance du respect de l’environnement, avec l’ambition de réduire de moitié l’impact carbone comparativement aux éditions précédentes. Une étude d’impact en cours devrait permettre de s’en assurer.

Ce jeudi, la délégation se rend à Moorea.

Dernières news