jeudi 6 août 2020
A VOIR

|

Virus : panique en Australie, le papier toilette à nouveau rationné

Publié le

Des supermarchés australiens ont de nouveau imposé des limites au nombre de rouleaux de papier toilette pouvant être achetés, en raison d'une nouvelle fièvre d'achats par des clients paniqués face au regain de cas de coronavirus à Melbourne.

Publié le 26/06/2020 à 11:00 - Mise à jour le 26/06/2020 à 11:31
Lecture 2 minutes

Des supermarchés australiens ont de nouveau imposé des limites au nombre de rouleaux de papier toilette pouvant être achetés, en raison d'une nouvelle fièvre d'achats par des clients paniqués face au regain de cas de coronavirus à Melbourne.

« Arrêtez, c’est ridicule », a déclaré à ses compatriotes le Premier ministre Scott Morrison, en affirmant que les nouvelles contaminations dans la deuxième ville du pays ne menaçaient pas les bons résultats enregistrés par le pays dans la lutte contre le coronavirus.

Les autorités ont fait état de 30 nouveaux cas de Covid-19 au cours des 24 dernières heures à Melbourne. C’est le 10ème jour de suite que le nombre de cas progresse de plus de dix dans l’État de Victoria. Les autres États australiens n’en enregistrent aucun, ou moins de dix par jour, depuis de nombreuses semaines.

Les autorités de l’État de Victoria ont lancé une importante campagne de dépistage dans une dizaine de quartiers de Melbourne. L’armée australienne devait déployer 200 militaires dans la zone pour leur prêter main forte.

Les chiffres demeurent limités au regard des flambées de contamination ailleurs dans le monde, mais ce regain de cas fait craindre à l’Australie une deuxième vague épidémique, alors que la plupart des États sont en train de relâcher très nettement les restrictions.

Woolworths et Coles, les deux premières chaînes australiennes de supermarchés, ont annoncé vendredi qu’elles réimposaient dans tout le pays des quotas quant au nombre de rouleaux de papier toilette et d’essuie-tout que les clients peuvent acheter, pour faire face à une frénésie d’achats qui n’avait plus été observée depuis l’apparition de l’épidémie en mars.

Ces restrictions ont été instaurées dans les magasins de l’État de Victoria en début de semaine, et étendues aux autres États où ce propageait cette fièvre d’achats.

« La demande n’est pas aussi forte que dans le Victoria, mais nous prenons des mesures préventives pour anticiper tout achat excessif ce week-end et aider au maintien des règles de distanciation sociale dans nos magasins », a indiqué dans un communiqué le groupe Woolworths Supermarkets.

De son côté, le principal conseiller de M. Morrison pour les affaires de santé a relativisé le risque d’une deuxième vague qui déferlerait dans tout le pays au départ de Melbourne.

« Il est très probable que nous assistions à l’apparition d’autres foyers, pas seulement dans le Victoria », a déclaré le docteur Brendan Murphy. « Nous sommes prêts, nous pouvons répondre et nous sommes confiants. »

L’Australie totalise un peu plus de 7 500 cas de Covid-19, une maladie qui a fait 104 morts.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Education : Snetaa FO Polynésie se lève contre l’affectation...

La branche locale du premier syndicat de l’enseignement professionnel dénonce l'affectation en métropole de quatre lauréats polynésiens de concours enseignants. Il s'agit...

Les pertes d’emploi pourraient expliquer l’augmentation du nombre de...

Stéphane Chin Loy, le président de la Chambre de commerce, d'industrie, des services et des métiers (CCISM), était notre invité en plateau mercredi soir pour aborder la situation économique des entreprises. Selon lui, l'augmentation du nombre de créations d'entreprises pourrait en partie être expliquée par le fait que "les personnes qui ont perdu leur emploi essaient de se repositionner et de trouver une activité professionnelle".

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV