dimanche 5 avril 2020
A VOIR

|

Vaimalama danse en costume traditionnel… en chocolat

Publié le

Miss France 2019 a fait sensation mardi soir à Paris lors de la soirée inaugurale du 25ème Salon du chocolat. Elle a dansé toute vêtue de chocolat. Une Vaimalama belle à croquer...

Publié le 29/10/2019 à 15:32 - Mise à jour le 30/10/2019 à 9:52
Lecture 2 minutes

Miss France 2019 a fait sensation mardi soir à Paris lors de la soirée inaugurale du 25ème Salon du chocolat. Elle a dansé toute vêtue de chocolat. Une Vaimalama belle à croquer...

Alors qu’elle vient d’annoncer la sortie prochaine de son premier album, Vaimalama Chaves a défilé mardi soir lors de l’inauguration du Salon du chocolat en métropole. Pour fêter les 500 ans de la découverte de la fève de cacao par le conquistador espagnol Hernàn Cortes au Mexique, les organisateurs ont proposé un défilé de robes en chocolat représentant plusieurs pays producteurs.

Tout à droite, Morgane Richard. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La vahine a tout naturellement défilé pour Tahiti, qui est présente pour la première fois sur le salon grâce à l’obstination de Morgane Richard. Cette maître-chocolatier vient en effet tout juste de créer une marque de chocolat made in fenua : Tahiti Origin by M.

(Capture d’écran Instagram @salonduchocolat)

Venue sur le Salon pour introduire sa marque auprès du public averti, Morgane travaille déjà avec 43 agriculteurs du fenua. Dès son retour, elle compte ouvrir une ferme modèle à Moorea pour former ceux qui souhaitent participer à cette aventure.

Les chocolats Tahiti Origin by M. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Miss Tahiti 2018 et Miss France 2019 représentait donc la marque Tahiti Origin by M et était vêtue d’un costume traditionnel. Elle a fait une démonstration de ‘ori tahiti sur la chanson « Pahoho o te miti » de Te ava piti, jouée en live par des musiciens polynésiens.

REPORTAGEEric Dupuy

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Coronavirus : plus de 900 000 cas officiellement déclarés...

Plus de 905 580 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 187 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 176 500 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

Envoyés au tribunal pour non-respect du confinement

Dans un communiqué, le Haut-commissariat de la République en Polynésie française a indiqué que les forces de l'ordre avaient procédé à deux interpellations. Les affaires seront jugées au tribunal correctionnel.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV