mardi 18 mai 2021
A VOIR

|

Une entreprise londonienne propose un congé « gueule de bois »

Publié le

Publié le 30/08/2017 à 14:40 - Mise à jour le 30/08/2017 à 14:40
Lecture 2 minutes

« Nos employés n’auront plus besoin de faire croire qu’ils ont attrapé un « virus de 24 heures » ou de feindre « une voix malade », ils pourront tout simplement dire à leur chef ce qu’ils ont vraiment », se réjouit Dice, cette firme spécialisée dans la vente de tickets de concerts sur smartphone et basée dans le quartier de Shoreditch.
Au lendemain d’une soirée trop arrosée, il suffit au salarié d’envoyer à son responsable une émoticône « bière », « malade » ou « musique » pour lui faire comprendre qu’il ne faudra pas compter sur lui ce jour-là. Jusqu’à quatre jours par an peuvent être pris de la sorte.

L’entreprise veut ainsi inciter ses salariés à profiter pleinement de la vie musicale londonienne pour qu’ils complètent leur connaissance du métier. Et un simple coucher tardif après un long concert, qu’il soit ou non assorti d’ivresse, suffit pour susciter la mansuétude hiérarchique.
« Toute notre équipe a la musique dans le sang, et certains des plus gros contrats musicaux sont signés après un concert. Nous nous faisons confiance et voulons que tout le monde puisse dire franchement qu’il a profité d’un concert tard dans la nuit. Pas la peine de simuler une maladie », explique Phil Hutcheon, le fondateur et patron de Dice, dans un communiqué transmis jeudi à l’AFP.

La vie nocturne à Londres est particulièrement enivrante pour les noceurs, avec une multitude de concerts et spectacles en tous genres proposés jusqu’au coeur de la nuit. Restaurants, pubs et boîtes de nuit sont légions et, depuis le mois d’août l’an passé, certaines lignes de métro fonctionnent même la nuit pendant le week-end pour transporter notamment les fêtards.

AFP

infos coronavirus

Vaccin, nucléaire, social : l’interview en Polynésie de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer

La visite du ministre des Outre-mer en Polynésie s'est achevée vendredi après un passage dans l'archipel des Marquises. Sébastien Lecornu était l'invité de notre journal avant de repartir en métropole :

Une pétition pour pouvoir voyager en métropole

Les déclarations du ministre des Outre-mer ont douché les espoirs de centaines d’habitants qui espéraient enfin pouvoir fouler le sol de métropole...