mardi 7 avril 2020
A VOIR

|

Réforme des retraites : des avocats en métropole font un haka

Publié le

"Belloubet, ta réforme, non, non ! Avocats au combat aaaah ah !" : avec la même rage que les All Blacks, une cinquantaine d'avocats ont fait un haka mercredi sur le parvis du tribunal de Bobigny, pour dire leur colère face à la réforme des retraites.

Publié le 22/01/2020 à 11:31 - Mise à jour le 22/01/2020 à 11:40
Lecture 2 minutes

"Belloubet, ta réforme, non, non ! Avocats au combat aaaah ah !" : avec la même rage que les All Blacks, une cinquantaine d'avocats ont fait un haka mercredi sur le parvis du tribunal de Bobigny, pour dire leur colère face à la réforme des retraites.

Haka !!!

Posted by Ordre des Avocats du Barreau de Seine-Saint-Denis on Wednesday, January 22, 2020


En appui sur leurs genoux, chauffés à blanc par un homme au mégaphone, des avocats de Seine-Saint-Denis -deux traits tracés au noir sur leurs joues, écharpe rouge sur leur robe- ont repris la célèbre danse rituelle des guerriers maori pratiquée par l’équipe de rugby de Nouvelle-Zélande, frappant leurs genoux, leur torse, leurs coudes.

« On lâche pas, on lâche pas, non ! », ont-ils lancé devant la presse pour cette nouvelle action, une parmi d’autres organisées ces derniers jours par les avocats, en grève depuis trois semaines contre la réforme des retraites.

« Les avocats sont toujours mobilisés, le haka c’est une danse de guerrier, c’est symbolique, c’est pour montrer qu’on va combattre jusqu’au retrait du projet », a déclaré à l’AFP Meriem Ghenim, avocate affiliée au SAF, le syndicats des avocats de France.

(Crédit photo : Lucas BARIOULET / AFP)

« En Seine-Saint-Denis, 70% de la population est éligible à l’aide juridictionnelle. Or l’État ne va jamais augmenter le montant de l’aide juridictionnelle, comme il le fait avec les enseignants en augmentant leurs salaires. Il n’y aura pas pour les avocats de mesure compensatoire », a expliqué Me Yves Tamet, ancien bâtonnier de Seine-Saint-Denis.

Cette réforme repose sur « le principe qu’un avocat qui vient de commencer gagnerait 42 000 euros (environ 5 millions de Fcfp) par an, ce qui n’existe pas. À cet âge-là, le revenu médian d’un avocat est de 25 000 euros (2,9 millions de Fcfp)« , a-t-il ajouté. « Les avocats de Seine-Saint-Denis sont aux premières loges des catégories sociales les plus pauvres et les plus populaires (…) tous ces avocats vont devoir fermer leurs cabinets si la réforme des retraites passe », a surenchéri Raquel Garrido, avocate et cheffe de file de La France insoumise aux municipales de Bagnolet. 

La semaine dernière, une centaine d’avocats du barreau de Seine-Saint-Denis avaient installé tentes, matelas et duvets dans les salles des pas perdus du tribunal de Bobigny pour protester contre la réforme. 

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV