dimanche 18 avril 2021
A VOIR

|

Quand la Première ministre néo-zélandaise paie les courses d’une mère débordée

Publié le

Publié le 03/04/2019 à 7:57 - Mise à jour le 03/04/2019 à 7:57
Lecture 2 minutes

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern s’est montrée réticente à évoquer l’incident révélé sur les réseaux sociaux, relatif à une mère de deux enfants qui se trouvait devant elle à la caisse du supermarché quand elle s’est aperçue qu’elle n’avait pas son porte-monnaie. 

Ardern « a payé pour les courses de mon amie au supermarché l’autre jour quand elle avait oublié son porte-monnaie et avait deux gamins braillards avec elle », a témoigné Helen Burness sur Twitter, avant d’ajouter : « Comme si on ne l’aimait pas déjà assez ».

La Première ministre a mis un terme rapide à une apparition devant les journalistes jeudi comme ils lui demandaient pourquoi elle l’avait secourue : « Parce que c’est une mère », s’est-elle bornée à répondre.

La cheffe du gouvernement de 38 ans a donné naissance à sa propre fille Neve en juin dernier, devenant la deuxième Première ministre seulement au monde à accoucher pendant son mandat. Elle avait assisté quelques mois plus tard à l’assemblée générale de l’ONU à New York en compagnie de sa fille.

Ardern s’est attirée des louanges de toutes parts pour sa réaction au carnage du 15 mars, durant lequel un suprémaciste blanc australien a tué 50 fidèles dans deux mosquées de Christchurch.
 

Rédaction web avec AFP

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.