samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Nouvelle-Zélande : la sculpture géante d’une main effraie les habitants de Wellington

Publié le

Depuis quelques jours, une œuvre d'art signée Ronnie van Hout, installée sur un toit de Wellington perturbe les habitants de la ville...

Publié le 20/08/2019 à 11:00 - Mise à jour le 20/08/2019 à 11:02
Lecture < 1 min.

Depuis quelques jours, une œuvre d'art signée Ronnie van Hout, installée sur un toit de Wellington perturbe les habitants de la ville...

La statue de 5 mètres de haut et de 400 kilos qui avait été créée en 2016 pour être installée sur le toit de la galerie d’art de Christchurch suite au tremblement de terre de 2011 dans la ville a été déplacée à Wellington ce lundi.

Nommée « Quasi », cette sculpture en résine et polystyrène est décrite par la galerie d’art de la capitale comme un « visage-main hybride » et un « autoportrait partiel » basé sur l’artiste néo-zélandais. « C’est comme si la ‘main de l’artiste’ avait développé elle-même une vie monstrueuse » explique la galerie sur son site.

Mais cette main géante qui se tient sur ses deux doigts n’est pas du goût des locaux… loin de là. Sur Twitter, ils sont plusieurs à partager leur ressenti : « C’est la chose la plus horrible et dérangeante que j’ai vu de toute ma vie » dit un internaute. « C’est vraiment super étrange de regarder ça » dit un autre. « Mais c’est quoi ce cauchemar ? » dit encore un autre. Certains y voient même une ressemblance avec Bill Clinton ou Donald Trump.

Dans tous les cas, cette œuvre d’art devrait rester trois ans sur le toit de la City Gallery de Wellington.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.