lundi 8 mars 2021
A VOIR

|

Les filtres photographiques ou la dictature de la beauté

Publié le

Publié le 03/08/2018 à 10:15 - Mise à jour le 03/08/2018 à 10:15
Lecture < 1 min.

C’est ce qu’on constaté trois médecins américains du département de dermatologie de l’université de Boston, aux États-Unis. Ces filtres qui nous agrandissent les yeux, lissent la peau et affinent le visage, bref qui nous rendent plus beau, provoquent un trouble chez certains accrocs. La dysmorphophobie ou la crainte obsédante d’être laid ou malformé.
 
Avec l’apparition de Snapchat, cette pathologie semble gagner du terrain, à tel point que  les médecins appellent ce phénomène, la « dysmorphophobie de Snapchat ». « C’est une tendance alarmante parce que ces selfies filtrés présentent souvent un aspect inaccessible et brouillent la ligne de la réalité et de la fantaisie pour ces patients« , notent les médecins.
 
Auparavant, les patients arrivaient en consultation avec des photos de célébrités pour leur ressemblerL’effet Snapchat  amène les patients à vouloir ressembler aux versions filtrées d’eux-mêmes, avec des lèvres plus pulpeuses, de plus grands yeux et un nez plus fin”, rapporte une dermatologue.
 
Certes, si ces demandes peuvent être à l’origine d’un profond mal être, et qu’il faut faire preuve sinon d’empathie, d’écoute, on peut légitimement se désespérer que personne n’ait créé un filtre qui rendrait moins ….. Influençable !
 

Rédaction web

infos coronavirus