vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Les braqueurs d’un Mc Donald’s stoppés net par le GIGN en civil

Publié le

Publié le 05/06/2016 à 5:56 - Mise à jour le 05/06/2016 à 5:56
Lecture 2 minutes

C’est un braquage plutôt insolite qui s’est déroulé, dimanche, près de Besançon, en métropole.
Celui d’un restaurant McDonald’s qui a tourné court… les deux auteurs ont été surpris par une équipe du GIGN en civil, en train de s’y restaurer.

Armés d’un fusil de chasse, les deux auteurs présumés du braquage ont fait irruption dans l’établissement, le premier tirant en l’air un coup de feu « de petits plombs » et menaçant le public, tandis que son complice faisait le tour du comptoir pour s’emparer de la caisse, qui contenait environ 2.000 euros (240 000 francs pacifiques).

Au moment des faits: Une quinzaine de salariés , 40 clients et onze gendarmes en civil du GIGN de Paris, appelés en renfort pour une opération dans le secteur.
Les gendarmes sont intervenus dès que les malfaiteurs, munis de leur butin, ont franchi la porte du restaurant pour se précipiter vers l’extérieur.
« Pendant le braquage, les gendarmes ne se manifestent pas. Il était hors de question qu’ils utilisent leurs armes, ceci afin d’éviter de créer des difficultés et de mettre en danger les nombreuses personnes présentes », a expliqué Mme Roux-Morizot, procureur de la République à Besançon, lors d’une conférence de presse.

Le premier homme, porteur du butin, a été maîtrisé après une chute, le second a été interpellé, après avoir été touché par un tir des gendarmes à l’abdomen.
Il avait brandi son arme en direction des gendarmes qui venaient de lui faire les sommations d’usage pour se rendre.

Les deux hommes, tous deux âgés d’une vingtaine d’années et originaires de la région de Montbéliard, ont été hospitalisés au CHR de Besançon.

Ils doivent être placés en garde à vue puis déférés devant un juge quand ils seront en état d’être entendus, a précisé Mme Roux-Morizot.

Le parquet de Besançon a annoncé l’ouverture d’une information judiciaire pour « vol avec arme » et « violences » sur les gendarmes.

Rédaction web avec AFP

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu