vendredi 20 septembre 2019
A VOIR

|

Être payé pour rester au lit, le job en or proposé par la Nasa

Publié le

Publié le 30/03/2019 à 10:42 - Mise à jour le 30/03/2019 à 10:42
Lecture 2 minutes

Vous adorez passer des heures à ne rien faire ? Vous aimeriez être payé pour ça ? La Nasa recrute.  En collaboration avec l’ESA et le Centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique, la Nasa a lancé une étude baptisée Agrebesa et qui vise à combattre les effets négatifs de l’apesanteur sur le corps humain dans l’espace. 

Pour cela, la Nasa a demandé à 24 volontaires, 12 hommes et 12 femmes, de passer 60 jours dans des lits inclinés de 6 degrés pour simuler  “le déplacement des fluides corporels des astronautes dans un environnement de microgravité”. 29 jours de récupération sont ensuite prévus. La première série d’expérience a débuté cette semaine. Mais la Nasa recherche d’autres volontaires pour une nouvelle série qui devrait débuter en septembre. 

Et pour attirer les participants, la Nasa a de quoi convaincre. Ce job est rémunéré 16 500 euros (soit près de 2 millions de Fcfp)…  Alors partant ? 

Petits inconvénients :  “toutes les expériences, les repas et les loisirs auront lieu pendant la phase de repos au lit. Les mouvements des participants seront limités, de sorte que les muscles, les tendons et le système squelettique seront moins sollicités”, soulignent la Nasa et les entreprises en collaboration dans un communiqué. 

“La recherche physiologique humaine en apesanteur ou dans des conditions simulées est non seulement importante pour que les astronautes puissent maintenir leur santé et leurs performances dans l’espace, mais également pour les habitants de la Terre”, assure le communiqué. “La médecine spatiale englobe également la recherche sur la santé pour des applications terrestres, dans tous les domaines de la prévention, du diagnostic et du traitement”. 

Rédaction web 

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Grands projets : “cela va voir le jour” assure...

L’ouverture de la session budgétaire de l’assemblée s’est tenue ce matin avec les discours des présidents de l’hémicycle de Tarahoi, Gaston Tong Sang, et celui de la Polynésie Française, Edouard Fritch. Ce dernier a dressé un bilan d’étape de son gouvernement et donné les orientations à venir. Un bilan jugé positif pour la majorité, mais très critiqué par l’opposition.

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV