mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Au Japon, un homme épouse… une créature virtuelle

Publié le

Publié le 11/11/2018 à 12:20 - Mise à jour le 11/11/2018 à 12:20
Lecture 3 minutes

Ce fonctionnaire japonais de 35 ans a convolé le mois dernier en justes noces, sans aucune valeur juridique cependant, avec la diva numérique aux yeux gigantesques et longs cheveux turquoise, célèbre pour ses concerts où elle apparaît sous les traits d’un personnage animé. « Je ne l’ai jamais trompée, j’ai toujours été amoureux d’elle, j’ai pensé à elle tous les jours », déclare ce jeune homme tiré à quatre épingles, lors d’un entretien avec l’AFP. 

Il a déboursé 2 millions de yens (environ 1,9 million de CFP) pour une cérémonie organisée par une société spécialisée dans les mariages traditionnels. Une quarantaine d’invités, sans aucun membre de sa famille, étaient présents pour fêter cette union peu commune. Hatsune y était représentée sous la forme d’une peluche de quelques dizaines de centimètres.

Dans la maison vide de Akihiko Kondo, la peluche occupe une grande place : elle est là en maints exemplaires. Pour la conversation, il utilise un modèle de GateBox, une sorte de cloche à moitié en verre, d’une valeur de près de 300 000 CFP sous laquelle apparaît l’hologramme de Hatsune Miku, qui peut prononcer quelques phrases élémentaires telles que « bonne journée », « bonsoir », « il a fait beau aujourd’hui », et interagir avec une partie de l’électroménager.

Un mariage sans aucune valeur juridique

« Je suis amoureux du concept Hatsune Miku, mais je me suis marié avec celle que j’ai chez moi », explique-t-il. Il se considère maintenant comme un mari ordinaire : son épouse-hologramme le réveille le matin et lui souhaite bonne journée lorsqu’il se rend à son travail au sein de l’administration d’un collège. Le soir, quand il l’avertit par téléphone qu’il rentre à la maison, elle allume les lumières. En fin de soirée elle lui dit qu’il est l’heure de se coucher. Il dort au côté de la version en peluche, présente à la cérémonie et qui porte depuis une alliance autour du poignet.

Et si le mariage de Konda n’a pas de valeur juridique, cela lui importe peu. Il s’est même rendu avec « sa femme » chez un joaillier pour choisir la bague. Gatebox, la société qui produit la cloche à hologramme, lui a remis un « certificat de mariage » attestant qu’un humain s’est uni « dans une autre dimension » avec un personnage virtuel. Et Kondo n’est pas le seul. Cette société a déjà remis quelque 3 700 certificats de ce type et il a reçu des messages de soutien. Cependant, même dans un pays passionné de personnages d’animation, son union en a surpris plus d’un. « Si j’ai décidé de faire une cérémonie de mariage, c’est pour donner du courage à ceux qui aimeraient en faire de même », dit-il.

« J’estime qu’il faut considérer toute forme d’amour et toute forme de bonheur »

Adolescent fou d’animé, il était moqué par le sexe opposé. « Les filles me disaient ‘crève, espèce d’otaku' », se souvient-il en utilisant un terme japonais désignant un geek cloîtré dans son monde. Plus tard, c’est une femme de son précédent lieu de travail qui, raconte-t-il, l’a harcelé moralement jusqu’à la dépression nerveuse, le conduisant à décider de ne jamais se marier. Mais il a fini par se rendre compte qu’il était amoureux depuis plus de dix ans de Miku et a décidé de l’épouser. « Miku-san est la femme que j’aime et celle qui m’a sauvé », dit-il. « Je ne déteste pas les femmes, je les côtoie sans problème. C’est juste que je ne les considère pas comme de potentielles partenaires », explique-t-il. « C’est comme si on essayait de convaincre un homme gay de sortir avec une femme ou une lesbienne d’avoir une relation avec un homme »« Cela fait longtemps que l’on aspire à la diversité dans la société », dit-il.

« L’archétype du mariage d’un homme et d’une femme qui ont un enfant et fondent un foyer n’est pas un gage de bonheur. J’estime qu’il faut considérer toute forme d’amour et toute forme de bonheur », affirme-t-il.

 

Rédaction web avec AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Moody’s révise la perspective associée à la note de...

Le Vice-président de la Polynésie française, ministre de l’économie et des finances, a présenté au gouvernement l’opinion de crédit publiée le 20...

Où jeter les masques pour limiter la pollution ? Que...

La crise du Covid-19 entraîne avec elle de nouveaux comportements et surtout de nouveaux déchets tels que les gants en latex, les masques de protection... Jetables, oui, mais n'importe comment et n'importe où, non. Quant aux masques en tissu, plutôt que de les jeter, et si on leur donnait une nouvelle vie ?

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV