vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

A 5 ans, il sauve la vie de son père

Publié le

Publié le 08/01/2016 à 8:15 - Mise à jour le 08/01/2016 à 8:15
Lecture 2 minutes

Jeudi, Ouest France rapportait une histoire qui a rapidement fait le buzz sur la toile. Mercredi, un père de famille de Saint-Pierre-la-Cour en métropole, est seul chez lui avec ses deux enfants lorsqu’il s’écroule suite à un malaise cardiaque. Le petit Kevin-Djéné, 5 ans, saute alors sur son vélo. Son but : aller prévenir sa mère qui est au travail. 

Vers 22h30, un automobiliste, Jean-François Pinot, reçoit des appels de phare. Un peu plus loin sur sa route, il découvre le petit garçon « en pyjama et en tongs, sous la pluie et frigorifié », raconte-t-il à Ouest France. Le petit garçon prévient l’automobiliste : « il me dit : mon papa est mort ».  Jean-François Pinot arrête alors un autre automobiliste. Ensemble, ils préviennent la gendarmerie et tentent de rassurer l’enfant.

Une fois les autorités sur place, l’enfant est confus. Les gendarmes arrivent cependant à recouper les informations et à retrouver le domicile de l’enfant. Le père est découvert inconscient, mais vivant. Il est rapidement transporté à l’hôpital. 
La mère de famille a été prévenue et a pu rentrer chez elle. Très émue, elle a contacté l’automobiliste pour le remercier et souhaiterait le rencontrer : « Jean-François a sauvé la vie de mon mari, qui est sorti ce jeudi de l’hôpital, mais aussi celle de mon fils qui s’est retrouvé seul sur la route en pleine nuit », a-t-elle déclaré à Ouest France. 

« Ce petit garçon est incroyable ! Ce qu’il a fait est très intelligent. Sa mère m’a appelé pour me remercier et me dire que son époux était sorti de l’hôpital. J’en ai les larmes aux yeux, c’est une belle étincelle dans notre monde », s’est ému Jean-François Pinot.
 

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu